La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Noire comme l’or, de Penda Diouf

juin 2022 | Le Matricule des Anges n°234 | par Patrick Gay Bellile

Noire comme l’or

Au fond de la mine, dans le Nord-Pas-de-Calais, en 1948. C’est là que nous place Penda Diouf au début de la pièce. Au fond, tout au fond. Avec Jean Guidet, un mineur qui a commencé très jeune à pousser les wagonnets avant de devenir piqueur. Et puis l’accident : un coup de grisou. Jean est secouru par ses camarades, mais pour lui, c’est une dame qui est apparue et l’a sauvé. Et au sortir du coma, il décide de se consacrer à la peinture et à cette apparition. Voilà pour la Terre. Car la pièce de Penda Diouf est partagée en quatre parties, les quatre éléments. Chacune raconte l’histoire d’un personnage dont la vie va croiser celle des trois autres. Après la Terre donc, voici l’Air et l’histoire de Barbara Amraoui. Fille d’émigrés polonais, elle épouse Saïd, un Algérien qui sera expulsé de France pour avoir participé aux grandes grèves de 1947. Barbara s’enfuit alors dans la forêt où elle vivra en ermite. Et elle rencontre Jean Guidet qui croit reconnaître en elle la dame qui l’a sauvé. Ensuite, le Feu nous raconte la vie de sa fille, Hajar Hamraoui. Décidée à garder la maison de ses parents, au cas où ils reviendraient, elle vit à l’écart du monde, cultivant quelques légumes qu’elle vend ici ou là. Jean Guidet présentera dans sa maison une exposition des toiles qu’il a consacrées à sa mère. Enfin, Iris Leroy apparaît dans la quatrième partie, l’Eau. « Je suis née un jour de grandes pluies estivales. (…) La terre assoiffée réclamait à boire. La terre craquelée n’était plus que poussière et désolation. L’herbe comme du foin ». Fille de mineur, elle est affectée au tri : « Mes mains sentent l’urine des hommes en bas qui n’ont pas de toilettes et pissent sur le charbon. » Elle passe le concours des postes, devient factrice et s’installera chez Hajar.
L’écriture de Penda Diouf, toujours aussi belle, se met au service d’un travail de souvenir, mêlant le fantastique et le quotidien, racontant le climat politique de cette après-guerre et s’appuyant sur l’histoire vécue d’Augustin Lesage, une figure importante de l’art brut. C’est un très beau texte, qui nous parle d’amour et de transmission.

PGB

Noire comme l’or
Penda Diouf
Quartett, 96 pages, 12

Noire comme l’or, de Penda Diouf Par Patrick Gay Bellile
Le Matricule des Anges n°234 , juin 2022.
LMDA papier n°234
6,50 
LMDA PDF n°234
4,00