La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Grief

juin 2022 | Le Matricule des Anges n°234 | par Flora Moricet

Ce n’est pas un journal intime c’est un putain de manuel de guerre. » Ismaël Jude a jeté un sort à la langue française et très certainement au patriarcat. À partir de quelques notes du manuscrit de Pierre Rivière, excavé en 1973 par « la bande à Foucault », l’écrivain et metteur en scène imagine une sœur jumelle du jeune paysan qui assassina au début du XIXe siècle sa mère enceinte, sa sœur et son frère. La première revanche de la narratrice, « orfeline revenante/ machine à tuer », commence par un coup de hache dans le langage : « si me revoici c’est pour vous nommer les noms : c’était un fratricide et un matricide et un sororicide », et non un parricide tel qu’il a été légiféré. Dans ce « récit-meurtre », où l’acte et l’écrit coïncideraient, les mots en forme de prophétie viennent venger la « domestication du corps » de la femme, de toutes les femmes (la mère victime de son mari, la sœur violée par son aïeul) : « je vais tous vous tuer rois péres fréres fils de pute/ puis/ vivre/ non : revivre/ dans les bois ».
Le troisième texte d’Ismaël Jude, après Vivre dans le désordre et Dancing with myself, semble avoir été écrit en transe ou en tout cas dans un autre état de langue, un jeu terriblement fou avec les mots : «  il y a une rivière c’est moi il y a une pierre dans la rivière/ c’est moi/ je poisse tu angoisses nous angoisses poisson ». Mélange d’ancien français, d’orthographe inversée, d’associations bondissantes et d’inspirations de conte oriental (le poète-brigand préislamique Ta’abbata Sharran), Grief décapite le langage courant. Le résultat est une longue hallucination extra-lucide parce que mue par une colère évidente, ancestrale. L’auteur ne s’est pas seulement métamorphosé, il a transformé et performé une mémoire de dominées : « l’art de me changer en oiseau pour reprendre/ la parole et dans ma voix toutes les voix de toutes les étranglées/ s’étrangle ».

Flora Moricet

Grief
Ismaël Jude
Verticales, 104 pages, 12,50

Le Matricule des Anges n°234 , juin 2022.
LMDA papier n°234
6,50 
LMDA PDF n°234
4,00