La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Au non du père

septembre 2022 | Le Matricule des Anges n°236 | par Patrick Gay Bellile

Bonsoir/ vous êtes bien installés/ tout va bien/ je me présente je suis Ahmed Madani et voici Anissa ». Ahmed Madani a rencontré Anissa à l’occasion de son précédent spectacle F(l)ammes qu’il a réalisé avec des jeunes femmes des quartiers populaires. Intrigué par le fait qu’elle parlait toujours de sa mère, mais jamais de son père, il a cherché à en savoir un peu plus. Et Anissa lui a raconté : son père parti avant sa naissance parce qu’il ne voulait pas d’enfant, la photo d’un autre homme que sa mère lui donne pour répondre à ses questions, le hasard ensuite qui la met sur une piste. Ahmed Madani lui propose de poursuivre avec elle cette quête du père et de porter ensuite toute cette histoire sur la scène d’un théâtre. En y mêlant d’autres souvenirs, en élargissant le propos pour faire de la pièce une réflexion sur la paternité et le rôle et la place des parents. L’auteur lui-même s’approprie cette histoire : « dans mes spectacles/ je me saisis de la vie des autres/ pour raconter la mienne ». Le décor représente une cuisine. Et durant tout le spectacle, Anissa cuisine des pralines et des fondants au chocolat parce que « Vous l’avez compris je n’aime pas le théâtre/ en revanche j’adore raconter des histoires à mes amis ça j’adore/ leur préparer des pâtisseries leur cuisiner des petits plats/ rire m’ambiancer avec eux je kiffe trop ».
Dans une langue imagée, souvent très drôle, passant du coq-à-l’âne, de l’anecdote à une réflexion plus grave, Anissa et Ahmed creusent là où ça fait mal, ces relations de famille qui souvent compliquées restent difficiles à éclaircir car « il y a des enfants que tu élèves que tu ne vois plus/ et il y a des enfants que tu n’élèves pas/ mais qui deviennent éternels pour toi. » Ce texte a été écrit pour être joué devant des collégiens et des lycéens. Et dans une piste pédagogique proposée par sa compagnie, Ahmed Madani enfonce le clou : « Tout enfant a un père qu’il soit présent ou absent, qu’il ait quitté le domicile familial, qu’il ait ou non reconnu son enfant, qu’il soit ou non décédé. »

PGB

Au non du père
Ahmed Madani
Actes-Sud-papiers, 64 pages, 10

Le Matricule des Anges n°236 , septembre 2022.
LMDA papier n°236
6,90 
LMDA PDF n°236
4,00