La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier David Lopez
Dans l’aspiration du texte

septembre 2022 | Le Matricule des Anges n°236 | par Thierry Guichard

Un regard attentif et une ouverture à ce qui advient : il n’en faut pas plus à David Lopez pour produire une matière textuelle qu’il retravaille sans cesse, à l’écoute de ce que les phrases font apparaître d’épiphanique et de juste.

Dans les festivals littéraires où le succès de Fief l’a conduit durant quelques années, le bonhomme détonne. Yeux rieurs, gueule d’ange à l’innocence cramée depuis lurette, David Lopez n’emprunte guère à la syntaxe convenue du discours policé. On l’a vu, vêtu d’une veste de survêtement, bagouses aux doigts, dans une salle comble du festival Meeting à Saint-Nazaire évoquer en 2019 son « syndrome d’auto-disqualification » qui lui a longtemps fait écrire des textes artificiels. Et d’expliquer qu’il connaît mieux n’importe quel club de foot européen que les officines du monde éditorial dans lequel Fief venait de le plonger. Cinq ans après sa naissance éditoriale, quatre ans après l’obtention du prix du Livre Inter, le garçon vit toujours à Nemours où il répondra rapidement à nos mails, même si parfois, par SMS, il préviendra : « je finirai ce soir, là je vais manger chez les darons. »

David Lopez, Vivance paraît cinq ans après Fief qui a rencontré un très large succès, inhabituel pour un premier roman, obtenant même le prix du Livre Inter. Le succès de Fief a-t-il rendu plus compliquée l’écriture du deuxième roman ?
On m’a demandé David, c’est dur d’écrire une deuxième roman ?, et j’ai répondu que c’était dur d’écrire un roman, tout court.
En vrai ça dépend d’où on se place. Du point de vue du travail, du texte en lui-même, non, c’est pareil. La même obsession, les mêmes tourments, le même flottement. D’un point de vue psychologique, oui, c’est plus compliqué. À l’époque de Fief j’étais innocent, insouciant, candide. Fief, j’ai pas fait exprès. Et en écrivant Vivance, il m’est arrivé de me demander mais David, comment on fait pour ne pas faire exprès, de nouveau.
Si Fief a rendu compliqué l’écriture de Vivance, c’est uniquement pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le texte. Dont le texte ne s’embarrasse pas. Je parle de sa réception, surtout. Il m’est arrivé de beaucoup m’en vouloir de penser à ça. Mais ces pensées sont présentes quand on s’éloigne de l’écriture. Le texte, lui, règle tous les problèmes. Parce qu’il en a rien à foutre de mon petit ego. Alors je l’écoute.
Pendant assez longtemps ma principale préoccupation a été de faire sens. L’écriture, j’ai eu l’orgueil de penser que c’était bon, que je savais faire ça, que je n’avais pas besoin d’y réfléchir. Je continue d’apprendre. J’ai fini par comprendre, et constater surtout, que faire sens ça se fait tout seul, pourvu que je sois suffisamment impliqué, émotionnellement, dans ce que j’écris. C’est à la Phrase de faire tenir l’ensemble. Heureusement je m’en suis rendu compte assez tôt pour transformer quelques tartines discursives de quinze lignes en une seule phrase évocatrice. Le cœur de mon travail ça reste la réécriture. Pour ça qu’une fois qu’on a assez de matière c’est le texte qui décide, et qu’en avoir écrit un, zéro ou douze ne change plus rien à l’affaire, parce que pour le texte qu’on écrit il n’y a rien avant, rien après.
...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°236
6,90 
LMDA PDF n°236
4,00