La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Claude Louis-Combet

A propos

De la sainte vie des formes Nourri d’imaginaire religieux et de récits mythiques, Claude Louis-Combet modèle les contours d’une histoire sans cesse renouvelée, où l’association de l’innocence chrétienne et la perversité antique fait le lit de la béance inquiète de nos désirs secrets. Quand Éros orne d’un nimbe l’épreuve de la mystique. C’est une chose peu aisée que de naviguer à même l’œuvre de Claude Louis-Combet. À l’origine figure la trajectoire d’un ascète en devenir, son noviciat rompu et son inclinaison pour les humanités. Un homme discret donc, tout à la fois familier des textes fondateurs des Pères de l’Église et épris de la mystique du 17e siècle. Né en 1932 à Lyon, celui qui allait poser des années plus tard la pierre angulaire de la mythobiographie entre en religion en 1950, chez les Pères du Saint-Esprit. Une formation intellectuelle qui sera celle du tiraillement et de la révélation à l’égard d’Ovide...
mars 2014
Le Matricule des Anges n°151

À l’ombre mystique des corps

Auteur d’une fresque littéraire féconde et délirante, fascinante et insondable, l’écrivain d’origine lyonnaise mène d’œuvre en œuvre l’expérience de la transfiguration et de la métamorphose poussées à leur paroxysme. Un vaste projet où l’institution normative et spirituelle est bousculée par des personnages tiraillés par le poids du parjure et « la liberté d’un devenir ouvert ». C’est un Claude Louis-Combet affable et généreux qui nous accueille dans son appartement franc-comtois. Les étagères qui composent sa bibliothèque sont autant d’indices pour qui souhaiterait remonter le cours du fleuve et s’engager sur les chemins d’une pensée soumise aux circonvolutions les plus hypnotiques. On retrouvera les grands textes spirituels qui ont nourri ses écrits, alimenté...
mars 2014
Le Matricule des Anges n°151

Calvaires et béatitude

S’inspirant des photographies d’Elizabeth Prouvost autour du thème du Radeau de la Méduse, les Dérives de Claude Louis-Combet s’imposent par la puissance et l’immensité des corps mis à l’œuvre – quelque part entre débâcle de la chair et l’attente épiphanique d’un temps sans cesse aboli. Ces radeaux-là, aussi lointains soient-ils de celui de Géricault, trouvent leur matière profonde dans...
mars 2014
Le Matricule des Anges n°151

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Toutes les bêtes sont mortelles
de Claude Louis-Combet
2021
Lmda N°222 C’est un singulier trafic d’âmes et de mots, d’aveux et de désirs que nous invite à partager Claude Louis-Combet au fil des dix textes qu’il a réunis dans Toutes les bêtes sont mortelles. À l’exception du premier, Le bœuf et la grenouille – qui poursuit la fable de La Fontaine en racontant ce qui advint après que la grenouille a éclaté – tous les autres textes se nouent, sur fond de jeu...
Toutes les bêtes sont mortelles de Claude Louis-Combet
avril 2021
Gorgô
de Claude Louis-Combet
2011
Lmda N°122 De Méduse aux transis, Claude Louis-Combet poursuit – insatiable, dévorante – sa quête des figures de l’excès. Chez Claude Louis-Combet, rien d’infigurable, rien d’inénarrable, rien d’innommable. Son œuvre – se développant aux confins de l’intelligible et du sensible et dans les marges des légendes et des mythes – ne cesse de nouer l’intime à l’étrange, l’extase à la déréliction, et n’est que mise en scène et en langue des configurations vertigineuses des antinomies de la chair et de l’esprit, du...
Beauté sans nom
avril 2011
Des transes et des transis
de Claude Louis-Combet
2011
Lmda N°122 De Méduse aux transis, Claude Louis-Combet poursuit – insatiable, dévorante – sa quête des figures de l’excès. Chez Claude Louis-Combet, rien d’infigurable, rien d’inénarrable, rien d’innommable. Son œuvre – se développant aux confins de l’intelligible et du sensible et dans les marges des légendes et des mythes – ne cesse de nouer l’intime à l’étrange, l’extase à la déréliction, et n’est que mise en scène et en langue des configurations vertigineuses des antinomies de la chair et de l’esprit, du...
Beauté sans nom
avril 2011
L' Heure canidée Illustration(s) de Alain Controu
de Claude Louis-Combet
2005
Lmda N°63 Magma de fantasmes, chaos de pulsions : l’écriture de Claude Louis-Combet fouille au plus obscur des corps à la recherche d’un lieu originel enfoui. Un homme marche dans une forêt comme s’il avait voulu s’y perdre lorsqu’il entend les halètements amoureux qui proviennent d’une cabane en lisière. Il s’en approche « tout frémissant du plaisir de m’enfoncer dans la douleur ». Il pousse la porte : « étrange chambre d’amour s’il en fut : dans l’espace d’une pénombre toute propice au secret et au recueillement, je voyais à présent la couche...
Le sacre de l’obscénité
mai 2005
Terpsichore et autres riveraines
de Claude Louis-Combet
2004
Lmda N°52 Le bestiaire que constitue l’œuvre de Claude Louis-Combet regroupe tous les mythes mettant l’image de la femme à mal, tant dans sa sexualité que dans sa sainteté, dans sa fragilité que son courage. Naturaliste d’un imaginaire orienté vers cette unique source, il manquait à son « histoire (sur)naturelle » un fantasme qu’il n’avait défloré. Dans ce bref recueil, c’est justement à la femme-fleur...
Le printemps des dames
avril 2004
Blesse, ronce noire
de Claude Louis-Combet
Lmda N°50 Un frère, une sœur, unis jusque dans la mort par la même passion amoureuse. Un récit émouvant et pudique de Claude Louis-Combet. Né en 1932, Claude Louis-Combet entra en littérature avec Infernaux Paluds (Flammarion), récit qu’il mit dix ans à rédiger et par lequel il acheva une première période consacrée à l’autobiographie narrative et réaliste. Dès le Marinus et Marina (1979, Flammarion), une seconde période s’ouvrait, riche désormais d’une trentaine d’ouvrages : le texte prenait soudain appui sur une légende et...
Le soleil de l’inceste
février 2004
Transfigurations
de Claude Louis-Combet
Lmda N°41 Cérémonial d’amour et de sang, fusion d’âme et de chair, de mythologie et d’hagiographie, Claude Louis-Combet poursuit son entreprise de transfiguration. À qui voudrait découvrir l’œuvre de Claude Louis-Combet, la lecture des cinq nouvelles que regroupe Transfigurations serait une excellente initiation. Mieux même, un baptême, une immersion dans un univers hypnotique hanté par la misère des corps que tourmentent la tentation, comme par les figures de la sainteté en proie aux affres du désir. Un univers de la perdition sans fin dans la forêt...
Une impitoyable beauté
novembre 2002
L' Homme du texte
de Claude Louis-Combet
2002
Lmda N°41 Cérémonial d’amour et de sang, fusion d’âme et de chair, de mythologie et d’hagiographie, Claude Louis-Combet poursuit son entreprise de transfiguration. À qui voudrait découvrir l’œuvre de Claude Louis-Combet, la lecture des cinq nouvelles que regroupe Transfigurations serait une excellente initiation. Mieux même, un baptême, une immersion dans un univers hypnotique hanté par la misère des corps que tourmentent la tentation, comme par les figures de la sainteté en proie aux affres du désir. Un univers de la perdition sans fin dans la forêt...
Une impitoyable beauté
novembre 2002
Rapt et Ravissement
de Claude Louis-Combet
Lmda N°17 En six textes lumineux et sombres, Claude Louis-Combet éclaire la part la plus obscure de l’être humain. Entre extase et monstruosité. Écrite à l’origine pour Les Cahiers Gilles de Rais, la nouvelle qui donne son nom au recueil s’ouvre sur le sentiment de plénitude et de profond accord avec la nature que donne la foi. Un enfant se rend à sa première communion, près de Machecoul. « En cette affaire (…) qu’un démon avait peut-être inscrite, avant tout commencement, dans la figure des constellations, la pensée de la communion...
la ferveur de l’abandon
septembre 1996
Le Don de Langue
de Claude Louis-Combet
1992
Lmda N°2 Claude Louis-Combet publie deux textes aux éditions Lettre Vives de Michel Camus. L’occasion de découvrir un poète des sens toujours prêt à mettre à feu à nos désirs. Claude Louis-Combet est un écrivain du désir pour lequel le verbe se fait charnel. Et même si, en ce qui concerne la langue, « entre tous les objets de désir qui l’excitent, les mots représentent la part la plus spirituelle », cette part n’est pas exempte de sensualité puisque la langue « cueille (les mots) à fond de gorge, elle les palpe, elle les enveloppe, elle les goûte ». Le Don de...
plaisir de la langue et langue du plaisir
novembre 1992
Le Boeuf-Nabu ou les métamorphoses du roi des rois
de Claude Louis-Combet
Lmda N°2 Claude Louis-Combet publie deux textes aux éditions Lettre Vives de Michel Camus. L’occasion de découvrir un poète des sens toujours prêt à mettre à feu à nos désirs. Claude Louis-Combet est un écrivain du désir pour lequel le verbe se fait charnel. Et même si, en ce qui concerne la langue, « entre tous les objets de désir qui l’excitent, les mots représentent la part la plus spirituelle », cette part n’est pas exempte de sensualité puisque la langue « cueille (les mots) à fond de gorge, elle les palpe, elle les enveloppe, elle les goûte ». Le Don de...
plaisir de la langue et langue du plaisir
novembre 1992
Augias et autre infamies
de Claude Louis-Combet
1993
Lmda N°4 Les nouvelles de Claude Louis-Combet n’ont pas cette qualité que l’on pensait indispensable à la réussite du genre : la fulgurance. Ses phrases s’allongent, prennent leur temps, attrapent dans les méandres de leurs virgules quelques adverbes, pas mal d’adjectifs et bon nombre de verbes. Bref ! Claude Louis-Combet ne fait rien comme il faudrait. Et pourtant, à ne considérer que la...
Organiques infamies
avril 1993