La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Pierre Vinclair

A propos

Un météore dans le ciel de la poésie Romancier, poète, essayiste, traducteur, globe-trotter, éditeur : à pas même 40 ans, Pierre Vinclair fait figure de surdoué dans le monde de la poésie. Où il entend apporter un peu de sauvagerie. Pour l’avoir rencontré à la dernière (en date) édition du festival Écrivains en bord de mer, on savait l’homme assez réservé, humble dans sa manière de plus écouter que parler. Avec sa gueule de héros de série américaine, sa casquette vissée sur un crâne ras, Pierre Vinclair dégage beaucoup de douceur dans sa voix et un appétit insatiable pour les discussions autour de la création. Très désireux des questions qu’on pouvait lui poser comme si elles étaient en soi un geste fraternel, l’écrivain, invité d’abord par la Maison de la poésie de Nantes, puis par les organisateurs du festival...
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213

Face à la catastrophe

La pandémie actuelle fait une chambre d’écho aux deux livres de Pierre Vinclair qui, face au saccage annoncé du vivant, célèbrent la sauvagerie dans la langue. Et dans les actes. Loin des traditionnelles plaquettes de poésie, La Sauvagerie (330 p.) est, plus qu’un livre, une matrice. Dans sa structure (voir l’entretien précédent), l’ouvrage déploie mille pistes de lecture qui relient entre elles la mythologie et la musique urbaine, la poésie lyrique et les avant-gardes, l’ode et la plainte, la colère et la joie, l’humour et le coup de canif, l’intime et l’universel,...
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213

Pouvoir collectif

Animateur de la revue en ligne Catastrophes et directeur de la collection « S !NG » au Corridor bleu, Pierre Vinclair aiguise ainsi sa curiosité pour la production des autres. Comment est née Catastrophes et avec quels objectifs ? De septembre 2017 à août 2019, j’ai eu la chance de pouvoir prendre un congé de deux ans pour écrire. Cela faisait longtemps que je voulais monter une revue. J’habitais à Singapour, ça ne pouvait se faire qu’en ligne. Des sites excellents existaient déjà, mais pas de grandes revues de création, à la fois pointues et généralistes....
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213

Ouvrages chroniqués

Les Gestes impossibles
de Pierre Vinclair
2013
Mêlant époques et traditions, orient et occident, présent et passé, vie urbaine et exaltation épique, Pierre Vinclair réinvente le chant narratif. Bien que jeune – à 31 ans, il est le benjamin des auteurs publiés dans la collection Poésie/Flammarion – Pierre Vinclair n’en possède pas moins le sens de ce qui déporte et transporte loin des sentiers battus. Il a vécu à Kyôto, d’où il a ramené une reprise du Kojiki (Le Corridor bleu, 2011), le plus ancien texte japonais, ainsi qu’un conte en vers et prose, L’Empereur Hon-Seki (Le Corridor bleu, 2013). Auparavant, il avait séjourné en Écosse, et vit actuellement à Shanghaï, où il enseigne les lettres et la philosophie. Se déplacer sans cesse a un pouvoir lustral, lave et libère, donne du...
Richard Blin
janvier 2014
Le Matricule des Anges n°149
Le Cours des choses
de Pierre Vinclair
2018
Avec Le Cours des choses, Pierre Vinclair poursuit l’exploration du présent en confrontant une Chine mondialisée à ses propres gouffres intérieurs. Ce qui est vivant, dans mon travail, c’est ce qui n’en finit pas – c’est très banal ce que je dis là. Les gens n’écrivent pas des livres, ils cherchent quelque chose. » C’est ainsi qu’interviewé par Matthieu Gosztola, Pierre Vinclair définissait son travail en 2012 et il aurait pu ajouter qu’au cœur de cette esthétique du work in progress se posait aussi la question des genres dont les frontières sont, chez lui, systématiquement chahutées. Ce nouvel opus poursuit la quête d’un équilibre toujours fragile entre chant et narration. Le Cours des choses, à rebours de la création poétique...
Christine Plantec
juin 2018
Le Matricule des Anges n°194
Le Chamane et les phénomènes : poésie avec Ivar Ch’vavar
de Pierre Vinclair
2017
En nous faisant partager sa lecture de l’œuvre si singulière d’Ivar Ch’Vavar, Pierre Vinclair nous livre un récit d’initiation à la poésie. On sait l’intérêt de Pierre Vinclair pour l’épopée, les formes pré-modernes de littérature et la « poésie première » des récits de création dont les pouvoirs de captation et de fascination le séduisent. Poète lui-même – Barbares et Les Gestes impossibles (Flammarion/Poésie) –, il ne cesse d’interroger notre modernité en cristallisant sa réflexion autour de trois pôles : la forme du poème, le rapport du poème au réel et l’histoire de la poésie. Ainsi, c’est tout le travail du poème, qu’il questionne, ce qui ne pouvait que le conduire à rencontrer l’œuvre d’Ivar Ch’Vavar, l’un des poètes...
Richard Blin
mai 2017
Le Matricule des Anges n°183
Barbares
de Pierre Vinclair
2009
Livre d’éclats, d’empreintes et d’échos, Barbares de Pierre Vinclair trace son chemin poétique entre l’être et le rien. Déjà auteur d’un roman, L’Armée des chenilles (Gallimard), Pierre Vinclair, né en 1982, publie une première œuvre poétique troublante, enfiévrée, grotesque parfois. Long poème en trois chants (Popée ; Chant du bouc ; Éloge du maître), Barbares tient autant du chant d’un rhapsode quelque peu éméché (« Il ne savait qu’une chose, c’est qu’il fallait boire pour remettre de l’ordre dans le monde » (H. Broch), dit l’exergue), que d’une voix sans corps déclinant les mues et les divagations d’êtres aux prises avec le chaos du monde, son origine épique comme son impensé métaphysico-tragique....
Richard Blin
janvier 2010
Le Matricule des Anges n°109