La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Richard Blin

Message Envoyer un message

Articles

Les Villes de papier : Une vie d’Emily Dickinson

de Dominique Fortier
Requiem pour une femme invisible Au fil de fragments qui font apparaître un étrange miracle poétique appelé Emily Dickinson, Dominique Fortier rend hommage à une poétesse qui s’est acharnée à rester inconnue. Étrangère à toute chapelle, à toute école, celle qu’on place parfois au rang de fondatrice de la poésie américaine, fut une femme des plus retirées et des plus casanières. En s’attachant aux lieux où elle vécut, Dominique Fortier cherche à ressentir ce que fut sa vie. En s’appuyant sur sa propre expérience de l’acte d’habiter, de la façon dont s’éprouve le sentiment d’être là, dans le temps et l’espace – car le fait d’habiter ne se résume pas à l’habitat, mais consiste en une suite d’actions et de pensées encloses dans un espace-temps qui imprègnent le corps et l’esprit d’impressions...
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216

La Maye réfléchit

de Jacques Darras

Le poète arpenteur

Du parlant mouvant, de la prodigalité, la poésie de Jacques Darras, tout en flux et reflets, porte et emporte. Il suit sa pente, Jacques Darras, ou plutôt sa route de rôdeur des rives, lui « le whitmanien » si sensible aux formes larges, à la géographie, au ciel, à « la peau fruitière des femmes », aux rivières et aux fleuves du Nord. Une façon de s’étendre au-delà de soi qui suit les voies d’une navigation placée sous les auspices d’une petite rivière picarde, la Maye, qui va se jeter dans la Baie de...
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215

Tu fais pleurer tes fées marraines

de Bénédicte Heim

Au miroir du désastre et de la grâce

Au fil d’une prose qui sublime le parfum de la dynamique désirante, Bénédicte Heim explore la violence secrète de l’attraction sexuelle. De nouveau livre de Bénédicte Heim déborde d’ivresse tactile, de beauté fauve et de cruauté ensoleillée. Un livre qui se présente sous la forme d’une suite fragmentée mais continue de textes s’enlaçant selon la logique baroque de la volute, et selon les souvenirs, les élans d’osmose et le cheminement d’une femme, « Elle », qui navigue entre des hommes élus, découvre à leur contact, la fureur,...
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215

Le Pèlerin

de John Alec Baker

La foudre et l’azur

Synthèse de dix ans d’amour pour un faucon, Le Pèlerin est le journal d’un poète du regard et d’un chasseur d’images qui se fait le pèlerin d’un voyage dans le mode d’être d’un oiseau solaire. Un homme, un solitaire, un pisteur, un sauvage – « Me sentir perdu, ne fût-ce que quelques instants, cela me délivrait des entraves que sont les routes familières et les murs emprisonnants des villes » – écrit son journal. Un journal qui ne ressemble à nul autre, qui n’est qu’attention, vigilance et guet. C’est la description, le récit d’une poursuite, d’une quête dont le Graal est un oiseau...
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215

Le Desir de Voir

de Laurent Jenny

Quand voir c’est dire

En approfondissant et en analysant le « désir de voir », Laurent Jenny montre combien savoir regarder peut ajouter à ce qui est un surplus d’être. Voir s’apprend. C’est en tout cas ce qui apparaît avec évidence à la lecture du Désir de voir de Laurent Jenny, un spécialiste de l’esthétique et de l’idéologie littéraire – La Terreur et les signes (Gallimard, 1983), La Parole singulière (Belin, 1990), La Vie esthétique (Verdier, 2013). Mais le désir de voir dont il est ici question n’est pas celui sur les origines et les déviations duquel...
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215