La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Sophie Deltin

Sophie Deltin

Articles

Quand je serai grande je changerai tout

de Irmgard Keun
Promesse subversive Le regard d’insouciance miné par la révolte d’Irmgard Keun, écrivaine allemande à succès des années trente, méconnue en France. Dans Quand je serai grande, la narratrice, une enfant pétillante à l’imagination insatiable, accumule les bêtises et les infractions à l’ordre petit-bourgeois dont au fil des jours, elle démasque, mine de rien, les cécités et les lâchetés d’adultes. Dans cette chronique bien ancrée dans le contexte de la fin de la Première Guerre mondiale, à travers laquelle on peut déjà déceler les signes insidieux d’une société encline au conformisme et à l’inertie de la pensée, terrain idéal de tous les totalitarismes, la petite fille se heurte en premier lieu au moralisme hypocrite et misogyne de sa...
juillet 2017
Le Matricule des Anges n°185

Jans va mourir

de Anna Seghers

La vie comme traversée

Dans un récit étincelant de tristesse l’un de ses premiers écrits de 1925 et retrouvé depuis peu, Anna Seghers explore l’intimité de la souffrance d’un enfant et de ses parents confrontés à sa maladie. Cette nouvelle ne pourrait être qu’une triste et banale histoire de famille dans un milieu marginalisé. Martin Jansen est ouvrier, sa femme, Marie, femme au foyer. Ensemble, ils ont un fils de 7 ans, Jans, autour duquel ils ont construit une image de perfection pour compenser la misère de leur couple et leur vide intérieur. Car c’est seulement grâce à la naissance de Jans que « l’espoir...
février 2005
Le Matricule des Anges n°60

Les Deux soeurs

de Adalbert Stifter

Désunion sublime

Subtil peintre de l’âme, Stifter illustre à travers le destin de deux sœurs l’inévitable séparation entre la valeur intime et le bonheur d’une existence accomplie. Vienne. Théâtre du Josefstadt. Le narrateur assiste à un concert donné par deux jeunes violonistes, les sœurs Milanollo. Si le ravissement du public est unanime, c’est moins pour la performance technique de l’une qui « connaît bien » sa partition, que pour le jeu de l’autre qui, outre sa virtuosité, « comprend, éprouve et crée » ce qu’elle joue. Or, dans l’auditoire, il en est un que cette...
février 2005
Le Matricule des Anges n°60

Le Cercle de feu

de Hans Lebert

Féconde infection

L’écrivain autrichien Hans Lebert (1919-1993) ravive le passé innommable des âmes et des corps. Au cœur de l’abjection, un regard douloureux et intraitable. On pénètre dans Le Cercle de feu comme un soldat franchit la ligne de front. Pourtant, nous sommes deux ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, et le capitaine Jerschek, ancien officier des forces alliées antifascistes depuis l’annexion de l’Autriche en 1938, revient dans sa Styrie natale, où est restée sa demi-sœur, engagée volontairement dans les Jeunesses hitlériennes. Mais...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59

Provisoire

de Wolfgang Hilbig

Du provisoire perpétuel

Comment l’exil devient le site périlleux d’une lente décomposition de soi : dans son troisième roman, Wolfgang Hilbig dépeint le désespoir de ne plus appartenir. Provisoire « . Le mot ne tient pas tout seul, il a le tremblé de l’inachevé, de ce qui existe ou se fait mais dans l’attente de quelque chose de définitif. Et de fait, quand, au milieu des années 80, l’écrivain C., en mal d’inspiration et de public dans la « cage-RDA » réussit à obtenir l’autorisation de franchir la frontière, il fonde toutes ses attentes dans cette « expérience de l’Ouest »...
novembre 2004
Le Matricule des Anges n°58