La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le Voleur d’innocence

octobre 1994 | Le Matricule des Anges n°9 | par Thierry Guichard

Le Voleur d’innocence

A lire le quatrième roman de l’auteur des Chemins noirs, on ne peut s’empêcher de penser que ce livre pourrait être l’enfant bâtard des romans de Cavanna et de ceux de Céline. C’est dire que la gouaille, cinglante et libératrice, illumine une histoire assombrie de misère. Le Voleur d’innocence est le récit d’un minot de Marseille, issu d’une famille très modeste « mon père (…) la pauvreté c’est son vice ». On lit Frégni pour sa capacité à se révolter, (« Ça n’a l’air de rien la couleur des yeux, ça suffit pour vous faire 6 ans prince ou maraudeur. ») contre l’école, contre les riches, contre les gendarmes. On lit Frégni surtout pour sa langue qui chante un sud populaire, tendre et drôle malgré tout, on le lit, Frégni, pour cet incommensurable amour qui se glisse entre les lignes.

Denoël
248 pages, 98 FF

Le Voleur d’innocence Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°9 , octobre 1994.
LMDA papier n°9
6.50 €