La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La cuisine intérieure

juin 1995 | Le Matricule des Anges n°12 | par Emmanuel Laugier

En Vie, le nouveau livre d’Eugène Savitzkaya, poète et romancier belge d’une quarantaine d’années, est trompeur. L’écrivain liégeois ne cherche pas en effet, dans ce huitième roman, à séduire son lecteur par quelques ornements ou quelques mystères, mais au contraire le soumet à un large balayage de ce qui se fait dans une maison et dans ses alentours. De la façon de ramasser la poussière à l’odeur du choux, de la cave aux miettes qui jonchent le sol. La maison est un espace commun, oui, connu, des personnes y vivent, et Savitzkaya nous en parle sur 124 pages. Rien d’extraordinaire, donc, sinon une traversée des gestes de la vie domestique, sinon une plongée littérale dans une pratique de l’écriture littéralement concrète, physique, au plus proche des choses et des êtres : « Rien d’extraordinaire ne se produira. L’extraordinaire n’aura pas lieu, précise Savitzkaya. Ou alors il a déjà cours, progressif comme un épanouissement ou un étiolement et fondu dans la vie courante comme une feuille dans le feuillage ». Écrire au ras des événements qui font le remue-ménage d’une maison, c’est ainsi progressivement entrer dans leur existence, quotidienne et répétitive, être avec eux dans le passage de sa propre vie : alors, coupant un choux en quatre « c’est l’idée de mon cerveau que je découpe en lanières, plein d’un ciel engorgé d’azur ». Alors s’accorder à ces gestes, comme balayer par exemple, ce n’est rien que ramasser des cheveux, des moutons de poussière, des touffes de petites choses laissées sur notre passage, ongles, morceaux de peau, bouts de laine, d’épluchure, etc., mais c’est surtout « reculer le point de décomposition de la chair et de la grâce », faire face à une « monstruosité (qui) prend forme dans la pénombre, (…) dans la suie et le salpêtre ». En vie est un livre de la base (du sel, de l’eau, un peu de farine), un livre de la mesure qui articule à partir des petites affaires de chacun le sentiment « irrévocable » qu’il y a à être sur terre. Oui, ce "Il faudra viv

En Vie
Eugène Savitzkaya

Minuit
124 pages, 59 FF

La cuisine intérieure Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°12 , juin 1995.