La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Promesse et réalité

novembre 1995 | Le Matricule des Anges n°14 | par Marc Blanchet

Après Le Journal d’un manœuvre (L’Arpenteur, 1990) qui l’a fait reconnaître du milieu de la poésie, Thierry Metz, né en 1956, poursuit une œuvre liée à son parcours professionnel, celui d’un ouvrier agricole.
Thierry Metz est un auteur sensible. C’est indiscutable. Sa sensibilité prend source dans un rapport délicat avec le monde, qu’il s’agisse des manifestations de la nature ou de sentiments amoureux basés sur l’attente et le désir de « l’aimée. » Des vers comme : « Des journées de chaux / d’abattage / qui / dans cette plaie / retrouverait nos mains ? » mêlent avec justesse l’intensité de l’activité paysanne et une vision violente, et presque ivre, de cet instant. « Le soleil m’aide / à me retrouver / sur le mur blanc / qui écoute. » sont d’autres vers qui témoignent d’une expérience profonde guidée par des instants contemplatifs à la topographie précise : la cour, la chambre, le livre, un mur, le ciel.
Cependant, et c’est là que cette sensibilité poétique s’atténue, d’autres vers, d’autres sensations font place à un langage moins personnel. « Le drap / plié / comme ici / le livre / ou le mot / reposé / à l’endroit du livre » laissent cette personnalité délicate s’échapper pour faire place à un vocabulaire poétique contemporain trop entendu pour ne pas être parodiable. Beaucoup apprécieront. Et nous ne doutons pas de la sincérité de leurs arguments.
Mais ces rapports constants dehors/dedans, vide/plein amènent souvent une schématisation de l’écriture poétique qui ne laisse pas le regard de Thierry Metz s’épanouir entièrement. Une poésie en deux temps, tantôt imprégnée d’un ressenti sincère, tantôt tournée vers la nécessité d’un discours plus cérébral, ne sert pas ces poèmes, et scinde en deux une sensibilité dont la richesse ne mérite pas un tel dédoublement.

Le Drap déplié
Thierry Metz

L’arrière-Pays
9, rue d’Étigny 32000 Auch
48 pages, 60 FF

Promesse et réalité Par Marc Blanchet
Le Matricule des Anges n°14 , novembre 1995.
LMDA PDF n°14
4,00 €