La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les mille et une nuits de Rezvani

novembre 1995 | Le Matricule des Anges n°14 | par Marie-Laure Picot

Un croiseur est retrouvé en pleine mer vidé de ses occupants. D’après les éléments de l’enquête, le bateau, baptisé Ouranos, contenait les Knigh, une famille d’écrivains. Par quelle circonstance les sept membres de l’équipage ont-ils quitté le navire et disparu en mer ? Trois enquêteurs sont chargés de l’affaire : un poète criminologiste, l’auteur d’une étude sur les écrits de la famille disparue et un fonctionnaire du domaine maritime. Dans l’esprit du polar anglais, la personnalité des enquêteurs et leurs états d’âme seront les éléments dynamiques de ce récit construit sur un dialogue à trois personnages. Mais l’originalité et la très grande force de L’Énigme est dans la parenthèse littéraire et dans l’aveu. Là où d’autres réussiraient à vous faire tomber le livre des mains, l’auteur parvient à introduire dans le propos policier un univers littéraire familier (Rilke, Nabokov, Ducasse…) enrichi d’une réflexion sur l’existence et sur l’absolue nécessité de vivre avec l’écrit.
Le nouveau roman de Rezvani pourrait être un pari d’écrivain consistant dans l’éloge de la littérature sur trame policière. Mais la réalité littéraire de ce texte, comme l’énigme de l’Ouranos, est par bonheur impossible à identifier. L’essentiel étant pour l’auteur (et L’énigme en est l’aveu) de continuer d’écrire et d’être lu, comme pour le poète criminologiste, de faire durer l’enquête devenue jour après jour, sa raison de vivre. A l’image du bateau des Knigh, bibliothèque flottante et désolée sur une mer immense, ce qui effraie l’écrivain, c’est la peur de n’écrire plus pour personne, et celle de perdre le difficile pari qui consiste à retenir « cette même curiosité qu’une certaine sultane a su raviver nuit après nuit par le vent de ses paroles ». L’énigme est sans aucun doute la confession originale, sincère et émouvante d’un romancier en pleine maîtrise de son art.

L’Énigme
Rezvani

Actes Sud
234 pages, 100 FF

Les mille et une nuits de Rezvani Par Marie-Laure Picot
Le Matricule des Anges n°14 , novembre 1995.
LMDA PDF n°14
4,00