La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Mort d’un enfant

novembre 1995 | Le Matricule des Anges n°14 | par Christophe Kantcheff

Philippe est né le 7 février 1994 à Dijon -clinique Sainte-Marthe. Le lendemain, je suis allée avec Yves, son père, le voir à la morgue« , lit-on dans le premier chapitre de Philippe intitulé »Souffrir". Philippe est le fils mort-né (il a vécu exactement deux heures et dix minutes) de Camille Laurens. La mort aurait pu être évitée. L’obstétricien qui a procédé à son accouchement n’est pas intervenu quand il le fallait.
Même si « le malheur est toujours un secret », parce que les mots restent en deçà, Camille Laurens s’est mise à écrire : c’est son seul moyen de défense. Elle décrit avec précision, dans le chapitre intitulé « Comprendre » le déroulement de son accouchement, et notamment l’évolution du rythme cardiaque de l’enfant, qui, mis en perspective avec des extraits du rapport d’expertise, accable l’action, ou plus exactement l’inaction de son médecin. Il faut malgré tout continuer à « vivre », titre du chapitre suivant, où elle cite les différentes réactions des autres après cette mort, réactions peu courageuses en règle générale. Enfin, le verbe « Ecrire » ouvre le dernier chapitre. « On écrit pour faire vivre les morts, dit-elle, et aussi, peut-être, comme lorsqu’on était petit, pour faire mourir les traîtres. » Philippe transmet au lecteur le dégoût de ces « traîtres », médecins suffisants, incompétents, meurtriers. Mais dans les quelques pages finales, une conception de l’écriture s’exprime aussi. « Pour soigner comme pour écrire, il faut avoir un regard aigu, une sensibilité aux signes les plus subtils et une grande capacité à les réfléchir » Le livre aurait pu s’achever sur un chapitre intitulé « Publier ». Pourquoi Camille Laurens a-t-elle décidé, hormis pour « rendre justice », de publier ce texte, éminemment -mais presque forcément- bouleversant ? Et par-là même de l’intégrer à son œuvre, qui comptait jusque-là trois romans sans aucun caractère autobiographique ? Parce que Philippe -nous le disons au risque de choquer- est aussi un superbe texte littéraire, qui exauce le vœu de Camille Laurens : « Pleurez, vous qui lisez, pleurez : que vos larmes tirent (Philippe) du néant. »

Philippe
Camille Laurens

P.O.L
73 pages, 60 FF

Mort d’un enfant Par Christophe Kantcheff
Le Matricule des Anges n°14 , novembre 1995.
LMDA PDF n°14
4,00 €