La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Mémoires d’un frimeur

novembre 1995 | Le Matricule des Anges n°14 | par Didier Garcia

Roland Jaccard plonge dans le journal intime comme dans un miroir, pour s’y contempler. Confession d’un autolâtre.

Journal d’un homme perdu

Je l’avais rencontrée à Paris au cours de son voyage de noces. Elle était prête, dès la première nuit, à quitter son mari. Je l’en dissuadai. De retour au Japon, elle a divorcé et s’est mise à traduire mes livres. Un jour, au François Coppée, elle m’avait confié : « J’aimerais qu’il y ait à Tokyo un salon de thé qui porte ton nom ». »
Ces premières phrases du Journal d’un homme perdu passeraient sans doute inaperçues si le volume ne corroborait à chaque page la tonalité annoncée au début : c’est bien à des exercices d’autolâtrie que Roland Jaccard s’abandonne ici. La modestie, en effet, n’est pas son fort ! Il n’hésite ni à évoquer la réaction enthousiaste de la presse à la sortie de son roman L’Ombre d’une frange (Grasset, 1987), ni à recopier les propos élogieux tenus à son endroit : « On m’a qualifié dans le Magazine littéraire d’éminent diariste… » ! Mais ces seules exhibitions auraient-elles suffi à donner une mesure éloquente de sa magnificence ? Jaccard avait d’autres mérites à faire valoir, à commencer par ses relations, ce Tout-Paris culturel qu’il côtoie à la piscine Deligny et dans les coteries littéraires. Le lecteur découvre ainsi que le chroniqueur du Monde tutoie Bernard-Henri Lévy, donne du « Tahar » à l’auteur de La Nuit sacrée, passe ses après-midi en compagnie de Gabriel Matzneff, ses soirées avec Cioran, et rentre à 250 km/h dans la nuit au volant de la Porsche d’Yves Simon. C’est renversant ! Et comme s’il ignorait sa propre forfanterie, Roland Jaccard s’autorise encore à décliner ses conquêtes amoureuses, qui se nomment Fleur, Laure, Maitrang, et qui l’aiment « à en crever ». Évidemment !
Ces exercices d’admiration, qui ne doivent rien à ceux de Cioran, déconcertent autant qu’ils lassent : comment se peut-il que Roland Jaccard fasse si volontiers l’aveu d’un « pathos du dénigrement » alors qu’il met tout en œuvre pour se valoriser et se targuer de ses moindres succès ? Le bilan de la décade 1983-1993 en fait peut-être un homme perdu, mais s’il se dénigre ici c’est pour mieux se flatter ailleurs, ou se gausser de sa petitesse avec une mauvaise foi qui ne pourra tromper personne : « quel est ce vieux schnock qui ose encore nous importuner avec les débris de son existence ? ». Contrairement à ce qu’il a pu prévoir, ces propos qu’il prête au lecteur demeurent encore trop prudents : le verbe « importuner » s’avère ici un plaisant euphémisme…
Roland Jaccard n’en est pourtant pas à son « coup d’essai » en matière de journal intime. Sa trilogie autobiographique L’Àme est un vaste pays, Des Femmes disparaissent et L’Ombre d’une frange (Grasset 1983, 1985 et 1987) doit son existence à ces notes quotidiennes, et la rédaction de son journal s’accompagne d’une réflexion sur ce genre littéraire -il entend suivre l’exemple d’Amiel et de Julien Green, pour conjurer l’angoisse de se perdre dans la « fosse commune de l’oubli ». Mais ce dernier florilège le montre peu à son avantage : « Sera-t-il encore question de Fleur dans ce journal dans une année ? Messieurs les lecteurs, il est temps de prendre vos billets et de parier. » Gageons précisément que l’inopportune répétition de « dans » retiendra davantage le lecteur que l’issue de cette énième expérience sentimentale !
Roland Jaccard se surprenait du jugement de son ami Gabriel Matzneff : « il y avait cent bonnes choses à dire sur [le] journal » de Jaccard, « mais il n’en a pas dit une seule »… Fallait-il vraiment s’étonner d’un tel silence ? À l’évidence, l’amour de soi rend aveugle !

Roland Jaccard
Journal d’un homme perdu

Zulma
256 pages, 110 FF

Mémoires d’un frimeur Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°14 , novembre 1995.
LMDA PDF n°14
4,00 €