La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger de la pensée à la folie

novembre 1995 | Le Matricule des Anges n°14 | par Christian Molinier

Le docteur Anton Ignatievitch Kerjentsev est fier de sa pensée. Elle lui donne un grand pouvoir sur lui-même et sur les autres, y compris celui de leur ôter impunément la vie. Et c’est bien ce qu’il accomplit : il assassine son meilleur ami en simulant la folie. Mais tandis qu’il séjourne dans un établissement psychiatrique en attendant le rapport des experts, un doute s’introduit dans sa pensée. S’il s’était trompé lui-même ? Si une folie véritable menait le jeu dès le commencement ? Pourtant, un homme qui comprend sa folie peut-il être fou ? Et comment une pensée claire et forte peut-elle trahir celui qui pense ? S’enfonçant peu à peu dans cette spirale, son esprit se perd et il ne lui reste plus qu’une conscience éperdue, tiraillée par des pulsions insanes.
Tel est l’argument de ce beau et puissant récit de Léonide Andréiev (1871-1919), auteur qui s’est fait une spécialité des états contradictoires, voire chaotiques, de la conscience. Il n’est sans doute pas le premier à avoir cherché dans le crime et la vésanie des situations propres à révéler les aspects de l’âme humaine que le cours tempéré des vies ordinaires laisse dans l’ombre -après tout, Dostoïevski appartient à la génération immédiatement antérieure- mais il s’est engagé dans cette voie avec un talent auquel le courage de la vérité confère une réelle profondeur.
Écrivain entre deux mondes -l’empire tsariste et le système bolchevique- qu’il récusait l’un et l’autre, ayant vécu sa courte vie (1871-1919) dans une époque de bouleversements, Andréiev a écrit de nombreux récits dont beaucoup ont été traduits au début du siècle et qui sont aujourd’hui réédités. Dans la présente édition, le texte est accompagné d’une introduction et d’une bibliographie qui faciliteront l’accès à une œuvre narrative trop peu connue.

La Pensée
Léonide Andréiev

traduit du russe par Serge Persky
et Teodor de Wyzewa
Petite Bibliothèque Ombres
94 pages, 49 FF

de la pensée à la folie Par Christian Molinier
Le Matricule des Anges n°14 , novembre 1995.
LMDA PDF n°14
4.00 €