La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’envers du langage

février 1996 | Le Matricule des Anges n°15 | par Dimitris Alexakis

Un grand Silence

On entre dans ce premier roman sans s’en apercevoir : la couverture grise et le titre du livre ne semblent pas faits pour s’imprimer dans la mémoire du lecteur. L’écriture de Dominique Boudou témoigne d’une discrétion semblable : rien, au premier abord, de douloureux dans ce style mat, appliqué, « façonné par l’oubli », dans ces mots que l’auteur pose comme s’il essayait d’étouffer leur écho. André occupe le même bureau depuis plusieurs années. En face de lui, derrière un paravent couvert de circulaires, travaille un homme qui lui ressemble peut-être, mais qu’il ne connaît pas : « Il n’est pas plus curieux de moi que moi de lui. (…) En vingt ans de présence, accaparé par un travail qui ne tolère aucune erreur, j’ai presque fini par l’oublier. »
L’écriture pourrait se confondre avec la routine qu’elle évoque, ne servir qu’une légèreté indolente, passe-partout, dans l’air du temps. L’élégance et l’oubli cultivés par le narrateur dissimulent pourtant une fêlure, une brèche, par où l’imaginaire peut s’introduire. Il y a longtemps, bien avant qu’André ne gagne sa vie en enregistrant des contrats, Laure, sa fille unique, est partie. Pour quelles raisons ? Il n’en sait rien. Depuis vingt ans, la disparition de Laure est une perte sèche, une douleur à la bouche cousue. « Je suis devenu muet en chantant sous la douche. (…)Pour tenir le désespoir à distance je n’avais trouvé que ce moyen-là : un vieux transistor sur l’évier, à fond, et moi de m’égosiller (…). C’est à la fin d’une romance que ma voix est partie. La guimauve amoureuse ne passait plus. »
On est reconnaissant à Dominique Boudou d’avoir pris le risque de construire une histoire, de s’être, après quelques hésitations, éloigné de lui-même. On peut lui reprocher de ne pas s’avancer suffisamment dans cette direction. Si le livre tire un certain charme de son caractère décousu, l’auteur manque encore d’une rigueur, d’une haleine qui lui permettraient d’aller un peu plus loin, de s’exposer davantage.

Un Grand Silence
Dominique Boudou

Le Bord de l’eau
123 pages, 80 FF

L’envers du langage Par Dimitris Alexakis
Le Matricule des Anges n°15 , février 1996.
LMDA PDF n°15
4.00 €