La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Dialogues impossibles

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Maïa Bouteillet

John Lear

Édité à la création d’Imprécation IV, dernier spectacle en date écrit et mis en scène par Michel Deutsch, John Lear reprend en partie les textes de la pièce agrémentés de trois courts inédits, avec presque toujours, en filigrane, les impossibles rapports entre l’homme et la femme. Résurgence hargneuse du vieux roi shakespearien en « aimable retraité entretenu par la sécurité sociale », John Lear, poursuivi par une journaliste nunuche et collante qui répond au nom de Cordélia, raconte la vieille Europe, le monde tel qu’il ne tourne plus. « (…)Il n’y a plus ni Est ni Ouest - ni passé ni avenir. Le présent. Tout est réduit au présent -à la permanence, à l’immédiateté, à l’immatérialité. Le présent… Le présent fluide, toujours fuyant, sans profondeur, sans objet stable, solide… Reste le Sud. Une triste épreuve, en vérité ». Plus fou que son fou, lâché par ses « harpies » de filles, « John Lear a besoin d’argent ».
Ludiques et légers comme une partie de cache-cache, les quatre dialogues qui composent Les Baisers sont envisagés comme une série de combinaisons amoureuses. « Un homme embrasse une femme/Une femme embrasse un homme/ Deux hommes ou deux femmes ou un homme et une femme ou une femme et un homme » est-il proposé en ouverture de ces échanges plutôt mordants.
Plaidoyer contre l’oubli sur fond d’histoire politique, dialogue en forme d’inventaire, réflexion sur le théâtre et sur le temps, jeux et fragments amoureux… Il faut tous les lire sans modération. Poétiques et politiques, légers et graves, cyniques et tendres à la fois, ces textes portent bien la marque de leur auteur provocateur. Ceux qui ont vu Imprécation IV regretteront cependant de ne pas retrouver dans cette publication les textes sagaces et pleins de verve des chansons qui rythmaient le spectacle sur un air très rock de cabaret politique.

John Lear
Michel Deutsch

L’Arche
90 pages, 65 FF

Dialogues impossibles Par Maïa Bouteillet
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.