La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Un plaisant savant

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Éric Dussert

Histoire comique de Francion

Nous avons assez d’histoires tragiques qui ne font que nous attrister. Il en faut maintenant voir une qui soit toute comique, et qui puisse apporter de la délectation aux esprits les plus ennuyés ; mais néanmoins elle doit encore avoir quelque chose d’utile."
Charles Sorel lance sur ces mots l’Histoire comique de Francion, Un épais roman qu’il publie en 1623 puis corrige dans quatre éditions entre 1626 et 1641. Gallimard restitue aujourd’hui celle de 1633, la plus complète et la plus aboutie. Cette restauration ajoute au Roman bourgeois de Furetière, au Roman comique de Scarron et à La Princesse de Clèves de Mme de Lafayette, une pièce nécessaire à la compréhension du xviie siècle littéraire et social.
L’Histoire comique est celle de Francion, un jeune homme frais émoulu du collège où les Jésuites l’ont écrasé de calembredaines, qui découvre l’amour, les sciences et la philosophie. Tiraillé entre Laurette la vénale et Naïs la pure, Francion observe les rouages d’une société où se heurtent pauvres et riches, citadins et ruraux, institutions et esprits libres. Il aborde les différents champs de l’activité humaine et fait valoir que la bêtise et la censure sont des vices, que les casuistes pédants, les nobles indignes et les auteurs précieux en sont les bénéficiaires malhonnêtes.
Contemporain d’une Renaissance déclinante, Sorel (1599 ?-1674) a voué sa vie au projet encyclopédique d’une Science universelle. Lecteur systématique et épicurien, il fréquente le cercle des libertins érudits (G. Naudé, T. de Viau) dont il épouse les vues sur la liberté, la connaissance et les plaisirs. Il écrit son roman comme un projet social dont le point de départ serait un dictionnaire des idées reçues. Construit sur un enchevêtrement de récits et sur des modes narratifs variés (autobiographie, anecdote, apostrophe au lecteur, rêve, dialogue et correspondance) l’Histoire comique est bien le tableau d’une jeunesse qui s’amuse mais c’est aussi, toute proportion gardée, un Bouvard et Pécuchet du xviie siècle.
Savant à la langue leste et à l’œil pointu, Charles Sorel a mis son livre corrosif au service d’une éthique libertine qu’il sera contraint de masquer par crainte des pouvoirs religieux et politique. Plus tard, il écrira De la Prudence (1673) dont on se permet de penser qu’il maîtrisait le sujet.

Histoire comique de Francion
Charles Sorel

Gallimard/Folio
758 pages, 56 FF

Un plaisant savant Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.