La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Fils Parac et père Quenottes

septembre 1996 | Le Matricule des Anges n°17 | par Marie-Laure Picot

Il eut été dommage qu’une collection oulipienne, ne réserve pas sa première publication au papa de l’Oulipo, le dénommé Raymond Queneau. Et qu’en deuxième publication le fiston, un de ceux qui ont le mieux représenté l’Ouvroir de Littérature Potentielle, prenne le relais. Mais bon, les inédits d’auteurs morts d’une part et complètement acceptés et même chéris d’autre part, sont loin de courir les maisons d’édition. Pourtant, ce sont des étudiants de l’I.U.T. Métiers du livre de Nanterre, qui ont mis le grappin sur deux « petits » textes, l’un complètement inédit (le Queneau) et l’autre ayant fait uniquement l’objet d’une lecture en 1981 au Centre Georges-Pompidou (le Perec). Deux livres extrêmement courts, commentés, annotés,et, disons, augmentés par la contribution d’écrivains contemporains, pour la plupart oulipiens. Ainsi, le bref journal intime (une vie résumée en 20 lignes) de Raymond Queneau dont on ne peut que s’interdire d’en livrer un extrait, de peur de livrer l’ensemble, est augmenté d’un texte de Paul Fournel, Bébé-Queneau, un hommage biographique vraiment très « chouette ». What a man de Georges Parac, introduit et commenté par l’oulipien Marcel Bénabou est un livre beaucoup plus complexe que Dormi pleuré, parce que plus technique. Il est utile de connaître à l’avance l’œuvre de Georges Perec pour apprécier la portée de ce texte écrit en monovocalisme en A (une contrainte d’écriture que Georges Perec a utilisée de nombreuses fois dans ces livres et qui consiste dans l’utilisation d’une seule voyelle, en l’occurrence ici, le A).
En outre, l’analyse très érudite de Marcel Bénabou, loin d’en offrir une lecture qui pourrait se suffire à elle-même, renvoie sans cesse à l’œuvre de Perec et à ses différentes influences. Quoi qu’il en soit, ces deux inédits pris isolément, sont, à l’image des œuvres de leurs auteurs respectifs, de perspicaces et très poétiques bouffonneries.

Marie-Laure Picot

Dormi pleuré
Raymond Queneau
What a man !
Georges Perec

Le Castor Astral coll. L’iutile
42 et 59 pages, 39 et 49 FF

Fils Parac et père Quenottes Par Marie-Laure Picot
Le Matricule des Anges n°17 , septembre 1996.
LMDA PDF n°17
4.00 €