La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’ambiguïté de la comédie

septembre 1996 | Le Matricule des Anges n°17 | par Christophe David

L’Ampleur de la tragédie, le deuxième roman de Quim Monzó (1989) raconte comment un jour, Raymond-Marie, ex-éditeur devenu trompettiste pour gagner sa vie, fut frappé par une maladie (le « syndrome de Sciamscia » dont le symptôme le plus voyant est, paraît-il, une érection permanente) et ce qui s’en suivit.
L’Ampleur de la tragédie est un roman qui se situe dans la continuité de l’univers de Monzó. Il n’est ni plus ni moins « kitch » que ses nouvelles ou Gazoline, son précédent roman (Jacqueline Chambon, 1995). Comme eux, il se situe aux confins de l’érotisme et de l’humour.
Si l’on peut au début se méprendre sur la nature de cet univers qui volontairement prête à confusion, il est difficile de nier pourtant, une fois qu’on en a accepté les principes, qu’il est construit avec une rare maîtrise.
Si l’on y regarde de plus près, L’Ampleur de la tragédie n’est pas qu’une sale blague. La comédie cache une étude de mœurs qui par sa noirceur fait souvent virer le rire au jaune : L’Ampleur de la tragédie, c’est aussi l’histoire d’un homme malade qui n’a plus que quelques semaines à vivre et que sa belle-fille finira par assassiner avant même que sa maladie ne l’emporte.
La force de ce roman tient à ce qu’il est capable de susciter en même temps des sentiments très contradictoires. On peut même dire qu’il est calculé pour les susciter.
La littérature de Quim Monzó ne laisse aucune place au hasard, l’auteur garde toujours le contrôle.
Le contrôle du récit : rien n’est plus étranger à Monzó que cette stupide coquetterie romantique que colportent encore quelques « romanciers » qui prétendent que leurs personnages leur échappent…
Le contrôle du lecteur : on va toujours là où Monzó veut nous amener même (et surtout) si l’on croit s’y être dirigé librement. L’art de Quim Monzó est définitivement pervers.

Christophe David

L’Ampleur de la tragédie
Quim Monzó

Traduit du catalan par
Bernard Lesfargues
Jaqueline Chambon
254 pages, 110 FF

L’ambiguïté de la comédie Par Christophe David
Le Matricule des Anges n°17 , septembre 1996.
LMDA PDF n°17
4,00 €