La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Guerre aux pères

septembre 1996 | Le Matricule des Anges n°17 | par Emmanuel Laugier

L' Homme en guerre

Ecrire contre le père ?

Souffle moi derrière dedans c’est bon à ma santé » : ces mots, que le jeune Mozart envoya à sa cousine, ouvrent le dernier livre de Franck Venaille, Écrire contre le père ?. Cette « très intime partition de correspondance scatologique », Franck Venaille en fait l’amorce de son livre en ce qu’elle est à elle seule, en s’inscrivant dans le destin du compositeur, une façon, la première avant Mithridate, Idoménée, et Don Giovanni, de tuer le père, de le liquider, de prendre le bon pour soi là où il fut toujours imposé par le géniteur.
En 24 pages, l’auteur offre quelques méditations nettes comme une lame sur la nécessité d’écrire, à un moment de son existence, contre le père. Cela en entrecroisant sa propre expérience d’écrivain à celle de ses grands frères (Carlo Emilio Gadda, Kierkegaard, Giacomo Joyce). En se disant tout à la fois « lutteur de foire, travesti, soldat de l’ombre qui égorge les sentinelles ennemies, homme sans angoisse, maniaque de l’écriture ». Venaille dit finalement sa guerre, celle d’être inclassable, ultime jeu de brouillage contre la classification paternelle. Ce n’est pas un hasard, d’ailleurs, s’il tire un premier livre d’entretiens, sorte de mise au point sur trente ans d’écriture, L’Homme en guerre. Venaille y présente le journal profond de l’existence, en se jetant à l’assaut des mensonges et de l’hypocrisie générale de notre temps. C’est dans une circulation plurielle entre l’intime et la société qu’être en guerre prend alors son sens. Des différents entretiens aux textes de Franck Venaille lui-même, L’Homme en guerre montre, à partir de questions sur l’écriture, sur la mystique, l’enfance, la sexualité, la politique, la peinture et les écrivains qui comptent tels que Pierre Morhange, Umberto Saba et Maeterlinck, de quels lieux nous parlons et résistons en écrivant, soit ce mélange grandiose des lieux de mémoire à partir desquels se joue, finalement, une œuvre.

Emmanuel Laugier

Franck Venaille
L’Homme en guerre

Paroles d’aube
153 pages, 95 FF
Écrire contre le père ?
Jacques Brémond
24 pages, 60 FF

Guerre aux pères Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°17 , septembre 1996.
LMDA PDF n°17
4.00 €