La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Passeport pour l’Afrique

novembre 1997 | Le Matricule des Anges n°21 | par Thierry Guichard

Sortilège africain

Si l’on ne fait pas de littérature avec des bons sentiments, on ne voyage pas non plus avec des a priori. C’est fort de ce précepte que Shiva Naipaul (le frère de V. S.) s’est engagé, en 1978, dans un long périple en Afrique Noire. Pas question de remplir des albums photos, de goûter les spécialités du coin en lisant les journaux occidentaux. Pour Shiva Naipaul, plutôt que de parler de voyage, conviendrait-il d’utiliser des termes comme plongée. Double plongée en fait puisque cet Indien de Trinidad explorera aussi bien le continent noir que ses propres « obsessions » concernant notamment le socialisme à l’africaine et les problèmes de racisme. L’ambiguïté du récit vient essentiellement de là : s’il évoque les tensions entre ceux qu’il nomme les Blancs, les Noirs et les Bruns, on ne sent jamais Naipaul se départir de sa condition de Brun pour juger. Sous sa plume les Blancs sont aussi dépravés et méprisants que les Noirs sont stupides et naïfs. On arguera que certains Indiens en prennent aussi pour leur grade. Et on se sera jeté dans le piège : car, enfin, les généralités sont-elles de mise ? Certes Naipaul passe beaucoup de temps à rencontrer les gens, à vivre là-bas. Mais il le fait sans amour : il le fait en donnant l’impression de ne pas vouloir s’intéresser aux autres. Il évoque des comportements, rapporte des histoires, décrit les paysages, peint des portraits. Mais on ne le sent guère tenter de comprendre, humainement, l’autre. L’analyser oui, se mettre à sa place non.
Le récit de ce long voyage, pour autant, délimite les traces d’un territoire en déliquescence. La narration suit le rythme aléatoire des voyages, se perd parfois. On souffre pour le narrateur lorsqu’il emprunte, pour de longs voyages, des camions surchargés et toussoteux auxquels s’accrochent des grappes humaines. La multiplication des images, des noms, enivrent le lecteur jusqu’à lui faire perdre ses repères. L’Afrique jaillit plus de l’embrouillamini qui en résulte que de n’importe quel guide touristique. En cela, le voyage et réussi. Et comme il vous en coûtera moins que le billet d’avion, pas d’hésitation.

Sortilège africainShiva NaipaulTraduit de l’anglais par Valérie Barranger et Catherine Balvaude
10/18324 pages, 46 FF

Passeport pour l’Afrique Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°21 , novembre 1997.
LMDA PDF n°21
4,00 €