La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Jacques Serena
Il est Minuit depuis toujours

janvier 1998 | Le Matricule des Anges n°22 | par Thierry Guichard

Epinglés devant le bureau, des photos de Karen, un cliché de Jean-Louis Martinelli, des images des docks signées Jean-Baptiste Harang et le portrait de chaque étudiant du T.N.S. accompagnent l’écrivain dans l’espace confiné de son cabanon. Les livres sont là aussi. D’abord, sur la droite du bureau, trois rangées d’ouvrages de poche courent sur plus d’un mètre. Au-dessus et sur une même longueur, ce ne sont que des livres blancs avec une étoile bleue : ceux des éditions de Minuit (Beckett, bien sûr, mais Duras aussi et Echenoz). Serena choisit d’en extraire Naufrage d’Aidan Higgins, « un livre fabuleux qui m’a bien aidé. C’est construit de longs monologues de femmes. II m’a habité pendant longtemps. » L’autre livre qu’il sort, c’est Dit-il de Christian Gailly dont il ne cesse de conseiller la lecture.
La plus grande bibliothèque s’adosse au mur opposé. On y trouve du polar et du théâtre, et plus loin des romans : Le Quart de Nikos Kavvadias (Climats), Perturbations de Thomas Bernhard (Gallimard). Quelques livres « un peu sérieux. Mais je ne les ai pas lus. » Parmi ceux-ci, Le Désir et la perversion (Points Seuil) que Serena se réserve. Et beaucoup de Tennessee Williams, « un auteur très important pour moi ». Sur le bureau, on appréciera les Marc Behm, Jean Amila (« découvert sur un marché aux puces. Avant, je lisais surtout Manchette. ») qui prouvent un vrai goût pour le polar. Tout Volodine est là aussi ; « c’est quelqu’un dont j’aimerai me sentir proche. L’un des plus importants chez Minuit. » Serena finit la visite par celui qu’il découvrit au sortir de l’adolescence : Kafka. « Quand je perds le Nord que je ne sais plus où je vais, je replonge dans Kafka. »

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?