La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’étrange écriture d’icelui

janvier 1998 | Le Matricule des Anges n°22 | par Corinne Robert

La collection Grands Fonds de Cheyne éditeur accueille des « textes en marge de tout genre littéraire codifié ».
On a en effet le plus grand mal à classer ce livre de Christophe Galland d’une facture si particulière qu’il décontenance le lecteur : un savant mélange qui nous ramène au vieux français (du moins ça y ressemble !), des mots inventés dont on comprend facilement le sens (« s’assiester », « la satisfe », « l’absurdinance »), un style alerte où l’autodérision n’a d’égale que les chimères de l’auteur.
Le procédé littéraire s’éclaire au quatrième chapitre : « La langue matricielle est morte… Remplacée par celle-ci autre qui estrange ma personne du commun, la décale en communicative simple, la rendant nettement plus ardue à compréhensive pour autruise… » C’est l’homme en quête qui s’exprime, l’homme en souffrance qui sait déjà qu’il en sera toujours ainsi sans bien cerner ce qui manque : « La goulue est dans mon corps, comme une monstresse toujours insatisfaite ».
C’est le drame de l’incommunicabilité et du doute qui tenaille, exprimé à la manière d’un Malade Imaginaire. Car le texte résonne comme les comédies de Molière : la tragédie sur le ton de la farce. Sans doute, la carrière de comédien et de metteur en scène de Christophe Galland y est pour beaucoup.
On apprécie l’humour de certains passages qu’on appellerait volontiers répliques : « Faisons-nous bien, moi et ma personne, de nous intéresser à pareille démangeaison du savoir ou bien devons-nous considérer l’état des choses comme dans l’inévitable, dans l’incontour qui fait la definette en propre de l’homo sapiens ? »
Après ce premier livre très réussi, on est curieux de voir comment, dans un prochain recueil, ce Don Quichotte partira à la conquête de ses éternels rêves d’enfant, qui sont aussi les nôtres.

JE s’adresse
Christophe Galland


Cheyne
62 pages, 80 FF

L’étrange écriture d’icelui Par Corinne Robert
Le Matricule des Anges n°22 , janvier 1998.
LMDA PDF n°22
4.00 €