La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Sans complaisance

septembre 1998 | Le Matricule des Anges n°24 | par Marie-Laure Picot

Avec Ça va chauffer, Charles Pennequin signe son deuxième recueil de poésie. C’est, comme on l’imagine,au père géniteur que le rejeton dédiait son premier livre : Le Père ce matin. (Carte Blanche, 1997). Un recueil d’une trentaine de pages qui, dans la mêlée des publications de poésie contemporaine, laissait un goût de « reviens-y » du point de vue strictement littéraire et un autre de « surtout pas ! » quant à l’univers dans lequel cette poésie prenait forme : « Père ancien sa lie/ me berce le corps / gris lait la nuit, poisse son temps/ à descendre/ pour aller pisser » C’est au fantôme du père, à la pesanteur de l’existence et au pesant corps, à la routine, au mutisme et au ressassement, à la mort omniprésente que ce livre s’adressait : « Pardon mon père l’infecte/ essence sous l’affreux rire/ la bileuse main qui/ me perce père c’est / qu’il vieux/ mot même/ pourrir de l’étant. »
Pour les âmes sensibles, disons-le tout de suite, I’univers poétique de Charles Pennequin peut mettre mal à l’aise. Cet auteur s’évertue à dire, (et cela se confirme avec Ça va chauffer), ce qui ne se dit pas. Non pas nos fantasmes, mêmes les plus inavouables, mais plutôt nos bassesses, notre étroitesse à exister, ce que nous méprisons particulièrement en nous, ce qui physiquement nous dégoûte ou, dans un autre registre, nos stupides tracasseries quotidiennes, le banal qui nous fait peur… Un monde minuscule un rien outrancier qui pourrait sembler livré gratuitement s’il ne l’était par le truchement d’une écriture précise, résultat d’un travail sur la langue au phrasé trébuchant, aux expressions triturées, inversées, tourneboulées : « je me fais toujours le cul de m’être/ fait avoir mais on a bien raison de se faire/ le cul de s’être fait si/ eu et de se le surprendre entre les mains/ si tendre et si velu/ et se fâcher tout rouge (…) » (Ça va chauffer)
L’autodénigrement s’accorde assez bien avec l’autodérision quand l’un et l’autre de ces procédés ont le bonheur de se croiser sans complaisance.

Le Père ce matin de Charles Pennequin
Editions Carte Blanche
30 pages, 50 FF
Ça va chauffer de Charles Pennequin
Derrière la salle de bains
18 pages, 20 FF

Sans complaisance Par Marie-Laure Picot
Le Matricule des Anges n°24 , septembre 1998.
LMDA PDF n°24
4.00 €