La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Anatomie d’un jeu

janvier 1999 | Le Matricule des Anges n°25 | par Nathalie Dalain

Pour son sixième roman, Marie Nimier joue au jeu de l’amour et du hasard. Ce dernier pouvant mener à tout, y compris au mystérieux assassinat d’une écrivain, aux persécutions impénétrables d’un homme maigre, aux secrets inavouables d’un cabas vert, au masque égyptien d’une prof de gym, ou à un petit garçon qui tient de l’arlésienne. Domino titre l’ouvrage, et il serait bon d’y mettre un pluriel. Car rarement un roman sut si bien décliner toute la polysémie d’un mot. Du squelette à sa chair, tout n’est, effectivement, que dominos. Et de squelette et de chair il est cas, puisque Marie Nimier mêle avec une dextérité indéniable polar et sensualité. Premier jeton posé : la narratrice, Domino la bien nommée. Témoin malgré elle du meurtre de Catherine Claire, romancière aux écrits sibyllins, elle va s’investir avec fougue dans cette ténébreuse affaire, afin d’innocenter Sylvio, son amant. Pour se faire, elle apprendra au fil des expériences à masquer sa peur et ses émois, s’emmitouflant d’un symbolique « domino ». Mais ces infimes clins d’œil ne sont rien, comparés aux diaboliques agencements narratifs et stylistiques mis en branle, dès les premières pages. Domino est en place. Que la partie commence. A vingt-huit pièces, vingt-huit chapitres. Deux couleurs, deux histoires, mais aussi deux tons distincts. Le blanc émaillé pour la trame amoureuse, pour le pur, l’exalté. Le fond blanc du domino pour l’amour de Domino, pour le « tu » intimiste, poétique : « Tes mains sont des pays qu’habitent les caresses, jamais je n’ai aimé, jamais je n’ai connu, tu es le premier à me donner l’espoir, à me donner l’envie ». Car c’est sur fond d’histoire d’amour que la trame se déroule. Les petits pois noirs, surgissant à peine ou en force, sont à l’image des miasmes morbides qui peuplent le passé de Sylvio, et ternissent le quotidien de leurs menaces. De ces points que Domino rêve justement d’éclaircir. Le noir confine Sylvio au « il », le renvoie à sa simple place de pion sur l’échiquier du drame. L’enquêt

Domino
Marie Nimier

Gallimard
188 pages, 95 FF

Anatomie d’un jeu Par Nathalie Dalain
Le Matricule des Anges n°25 , janvier 1999.
LMDA PDF n°25
4,00 €