La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Agathe et les garçons

janvier 1999 | Le Matricule des Anges n°25 | par Nathalie Dalain

Voyage à Saint-Thomas

Le roman sentimental contemporain est un genre d’autant plus complexe à maîtriser qu’il flirte incessamment avec les clichés. Difficile d’éluder les situations vaudevillesques, de sublimer par un style novateur le ressassé des liaisons étiolées. En ce sens, Voyage à Saint Thomas, cinquième roman de Cécile Wajsbrot, est une curiosité. Car il constitue en soi une excellente anthologie des écueils relatifs à cet exercice. Depuis que son ami Marc y a pris l’engagement de vivre en couple, Agathe a fait du petit port breton qu’est Saint Thomas une destination fantasmatique. Et n’aspire plus qu’à y séjourner avec Loïc, son amant, espérant qu’à son tour il quittera tout pour lui être entièrement dévolu. Or Loïc accumule les prétextes pour différer son divorce et leur escapade. Lasse, l’illégitime dulcinée se désespère, doute, et tente d’analyser son « inextricable situation » lors d’interminables ergotages téléphoniques. En découlent de laborieux dialogues où fusent des assertions profondes : « les choses se font simplement ou ne se font pas, quand les obstacles s’accumulent, il ne faut pas insister ».Les plus lénifiants stéréotypes se succèdent, Agathe finissant par enfin partir, mais avec Marc, et y pratiquer, contre toute attente, des activités sexuelles. Une inéluctable crise de conscience s’en suit. Ainsi que de savantes ratiocinations sur l’amour, la vie, les pingouins, les romans japonais, et sa symbiose avec les chansons de Françoise Hardy. Alors que la sensiblerie est à son comble, l’auteur, dissertant soudain sur la force inhérente à la littérature, accumule avec une application scolaire deux pages de référents (Duras, Kafka, Proust, Mishima). Espérant peut être acquérir par cette ostentatoire érudition une quelconque crédibilité. En dépit de cette tentative, dont personne n’est dupe, Cécile Wajsbrot s’acharne dans son épouvantable mignardise. Les personnages restent cantonnés à leurs soporifiques archétypes, l’intrigue s’enlise, l’écriture frôle le néant et le lecteur l’agonie. Jusqu’au dé

Voyage à Saint Thomas
Cécile Wajsbrot

Zulma
176 pages, 99 FF

Agathe et les garçons Par Nathalie Dalain
Le Matricule des Anges n°25 , janvier 1999.
LMDA PDF n°25
4,00 €