La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Luxuriant désespoir

août 1999 | Le Matricule des Anges n°27 | par Dominique Aussenac

Lumière des cruelles provinces

Exilé intérieur, Héctor Tizon l’est-il vraiment, à l’instar des personnages de son sixième ouvrage traduit en français ? Est-ce dû au coup d’état de 1976 qui l’a obligé à quitter l’Argentine pour l’Espagne où il vécut jusqu’en 1982 ? D’où viennent cette noirceur, ces ténèbres, cet hiver nucléaire qui frappe les humains et leur commerce alors que paradoxalement tout autour d’eux, sous leurs mains la nature croît, prospère ?
Au début de ce siècle, un couple d’émigrants italiens Rossana et Giovanni débarque à Buenos Aires. Rossana est enceinte, Giovanni quête désespérément du travail. Il en trouve un dans un domaine perdu du nord-ouest, Giovanni meurt, son fils Juan naît. Se dévide alors dans un long continuum de lumières (la nature), d’ombres (la maison, le tombeau), une vie de frustrations, ratages, une vie de juge de province ni vivant, ni mort, sans fusion-effusion. Une écriture contrastée, chuchotée, mastiquée, cinglée de dialogues se mordant la queue et de silences tonitruants. « Ce n’était que ça ? demanda Antonio. Oui, dit le juge. C’était ça, mais lequel d’entre nous ne sera pas toujours un étranger sur terre ? »
Né en 1929 à San Salvador de Jujuy en Argentine, Héctor Tizon n’appartient à aucune des écoles littéraires de la latine amérique. Son stoïcisme certainement mâtiné de cruelle lucidité indigène (Inca, Aztèque ?) semble enraciné à la lointaine Europe. En parallèle à une carrière d’avocat commencée en 1953, il écrit des nouvelles, crée des revues artistiques et littéraires, devient attaché culturel au Mexique, consul en Italie, voyage dans le monde. « Le sentiment que la vie n’est rien conduit à l’infini. » Noir, balafré comme un tableau de Soulages.

Lumière des cruelles provinces
Héctor Tizon

Traduit de l’argentin
par André Gabastou
Le Serpent à Plumes
202 pages, 129 FF

Luxuriant désespoir Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°27 , août 1999.
LMDA papier n°27
6,00 €
LMDA PDF n°27
4,00 €