La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les Zèneries du Régent

janvier 2000 | Le Matricule des Anges n°29 | par Éric Dussert

Le Porc, le coq et le serpent

En bouclant cette année l’édition des œuvres complètes d’Alphonse Allais, François Caradec a mis la touche finale à une entreprise entamée dès 1964 avec Pascal Pia. Deux ultimes volumes de l’écrivain normand, le Théâtre complet et la Correspondance (Fayard), l’ont libéré d’une tâche de longue haleine. Le Régent du Collège de ’pataphysique n’y a perdu ni son humour ni sa malice. C’est du moins ce qu’indique Le Porc, le coq et le serpent, une nouvelle « bande dessinée en prose » puisque toutes ses fictions sont rangées sous cette enseigne assez personnelle. Il s’agit ici d’un réjouissant recueil de pensées, poèmes, leçons et anecdotes imitées des penseurs zen dans l’esprit des humoristes Allais, Georges Auriol ou Gabriel de Lautrec. Tandis que ces derniers privilégiaient le recours à l’univers américain des années 1900, les cinquante-six textes de notre contemporain sont d’inspiration népalaise et vêtus comme de juste d’une couverture safran.
Après Paris périphérique (Bibliothèque oulipienne) et l’épatant Catalogue d’ouvrages rares et précieux (Le Limon, 60 p., 60 F), Caradec emprunte évidemment des sentiers inédits pour progresser sur la Voie de la Raison. On ignorait son amour des lamasseries, du Lotus primordial, de la bouse de yak et des fourmis poilues mais on pouvait se douter qu’il doterait chacun de ses écrits d’une contrainte oulipienne. Là c’est chacun pour soi car nous n’avons pas les clés. Et puis la prose se défend très bien elle-même : le Caradec nouveau -produit rare mais toujours de saison- a de la cuisse. Il lui en faut pour crapahuter au sommet de la sagesse auprès des vénérables maîtres qui, faute de pouvoir conserver leurs doigts dans le nez, enseignent parfois à leurs disciples des vérités sereines, intrépides et saugrenues. N’est-il pas dit que « Lorsque la neige rencontre le feu, la neige fond, le feu s’éteint » (Kung Fu) ? On est peu de chose.

Le Porc, le coq et le serpent
François Caradec

Maurice Nadeau
95 pages, 86 FF

Les Zèneries du Régent Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°29 , janvier 2000.