La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Finbar’s Hotel

janvier 2000 | Le Matricule des Anges n°29 | par Philippe Sizaire

Prenez sept écrivains irlandais, enfermez-les dans une chambre d’hôtel, donnez-leur un fil rouge (personnages récurrents), et demandez-leur en respectant l’unité de temps (une nuit) et de lieu (l’hôtel Finbar, à Dublin) de composer un roman à sept plumes. Chacun des auteurs signera un chapitre, à chaque chapitre correspondra un numéro de chambre, où se jouera un destin individuel et néanmoins lié à celui des autres.
Tel fut le projet initié et supervisé par Dermot Bolger. Il en résulte un livre exquis, comme le cadavre du même nom. S’y croisent ou s’y rencontrent des hommes et des femmes venus passer une nuit à l’hôtel pour des motifs divers -qui vont de la quête d’aventure extra-maritale à l’enlèvement de chat, du retour au pays, etc.-, unis dans le sentiment d’avoir échoué à l’examen de leur existence.
Par-delà les différences de ton apparaît un projet commun : laisser entrevoir un passé de blessures secrètes ou d’inaccomplissement qui a laissé à chacun l’esprit « comme une maison hantée ». Caché derrière le rideau, le lecteur rit aux larmes, et ne perd pas une miette des drames d’une nuit.

Éditions Joëlle Losfeld
Traduit de l’anglais par
Florence Lévy-Paolini
264 pages, 129 FF

Finbar’s Hotel Par Philippe Sizaire
Le Matricule des Anges n°29 , janvier 2000.