La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Les deux Morts d’un tyran

janvier 2000 | Le Matricule des Anges n°29 | par Thierry Guichard

Les Deux Morts d’un tyran

Tout l’intérêt de ce premier roman traduit en français, réside dans son intrigue. Avant que ne commence le récit présenté sous forme de journal, le dictateur d’un pays d’Amérique latine, Tomás Dosantos est la victime d’un attentat. Des chirurgiens procèdent secrètement à une greffe et donnent au corps du dictateur le cerveau d’Oscar Nilo, un écrivain opposant au régime qui s’est suicidé le jour même. Le journal est donc celui que tient l’écrivain, homme double embarrassé de se retrouver dictateur. Pour corser le tout, Oscar Nilo était lui-même un homme schizophrène : homosexuel, il cachait ses penchants pour n’être pas vilipendé dans ce pays ultra catholique. La situation ainsi traitée promettait beaucoup. Décrire le régime à partir d’un opposant contraint de représenter l’oppression, interroger l’identité (est-ce le cerveau qui la génère, ou le corps ? Est-ce la pensée ou la fonction ?), tout cela offrait d’étourdissantes perspectives. Hélas, très vite l’auteur préfère l’évocation d’un amour terriblement convenu (le dictateur retrouve le jeune serveur que l’écrivain aimait). Ç’aurait pu faire un grand livre, ça n’en sera que le fantôme.

Nykta
Traduit de l’espagnol
par Guy Geoffroy
199 pages, 85 FF

Les deux Morts d’un tyran Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°29 , janvier 2000.