La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Une impossible absence

janvier 2000 | Le Matricule des Anges n°29 | par Stéphane Branger

Lenteur d’horizon

Avec la publication coup sur coup de deux nouveaux recueils de poèmes, Lenteur d’horizon et Nuit comme jours, Fabienne Courtade nous entraîne une nouvelle fois dans un univers intime parsemé d’obscur. On ne peut s’empêcher de prendre ces deux ouvrages comme une suite l’un de l’autre. On retrouve le monde de Fabienne Courtade, fait de « tremblement » et de « perte infinie », avec toujours la présence de la neige, mais aussi de l’eau sous diverses formes (mer, fleuves, fontaines, pluie, etc.). Les deux livres parlent de l’absence d’un homme. Le poète brouille les pistes et on hésite entre séparation ou mort, mais c’est de toute façon une non-présence qui guide les vers de l’auteur : « d’un même absent/ (mort-dont on pressent l’éveil/ mains serrées » (Lenteur d’horizon) ou « Ciel planté/ et une terre se greffe encore,/ lève de grandes ombres// (plus tard, un mort l’y remplace// laisse le roulis/ de ceux qui passent » (Nuit comme jours). Fabienne Courtade utilise plusieurs fois le procédé d’ouvrir des parenthèses sans les refermer, comme de vouloir laisser l’espace libre, comme de pouvoir encore espérer… L’image est là, forte, c’est quelqu’un que l’on a vu « dans l’encadrement d’une fenêtre » et puis la fenêtre se vide et c’est ça aussi la mort. Fabienne Courtade trace une représentation du monde, autour de celui dont elle nous parle « il », « lui » sans jamais vraiment le nommer : « terre/ qui lui reste/ à gravir// quelqu’un appelant/ le fleuve/ ce qui jamais/ sous le feu/ne s’éteint ». Le texte reste intime, plein de retenu et de pudeur, le pronom personnel « je » ne sera utilisé qu’une seule fois par livre. L’intensité de la poésie est une nouvelle fois au rendez-vous de l’écriture de Fabienne Courtade, et avec déjà six livres publiés, une œuvre est en train de se faire. Et malgré la souffrance et la douleur que l’on perçoit : « avec le silence des nuits/et des choses//avec toute cette immobilité/ des mondes// à laquelle je ne parviendrai/ jamais », cette femme parvient de plus en plus à faire partie des voix qui comptent dans la poésie contemporaine.

Stéphane Branger

Lenteur d’horizon

et Nuit comme jours
Fabienne Courtade
Éditions Unes
64 pages, 75 FF chacun

Une impossible absence Par Stéphane Branger
Le Matricule des Anges n°29 , janvier 2000.