La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Jude Stefan
D’entre les jambes

juillet 2000 | Le Matricule des Anges n°31 | par Xavier Person

De Cyprès à Épodes, Jude Stefan construit une œuvre poétique où se fait entendre une voix savante et nue. D’une baroque modernité.

Les poèmes de Jude Stefan nous font former des fantômes. Leur évanouissement est inscrit au cœur de leur apparition. Silhouettes longilignes et tremblantes, leur tremblante verticalité est celle de l’if ou du cyprès, « bâtons de néant » souvent aperçus dans la proximité des tombeaux, dans l’insistance du verbe « tomber », dans l’évidence d’une chute définitive de tout, inéluctable : Le Gibet est le titre de la première partie de Cyprès, premier recueil.
Les poèmes glissent en leurs mouvantes dislocations, effondrés dans les béances de l’ellipse. Quelque chose comme le mouvement de la mort même emporte l’écriture. Quelque chose comme un pur mouvement se donne à lire dans cette poésie, où rien n’est stable. La consistance du poème est nuageuse ou liquide, fluante : ciel aux lumières trop véhémentes, fleuve où « chuter ne fera qu’un tourbillon ».
Inspiré plus d’un Villon, d’un Rutebeuf ou d’un Chassignet, Cyprès dessine les contours de ce qui jusqu’à Épodes se verra toujours accentué, modulé : « rester fidèle à sa détresse », écrire « jaune », dans un refus de toute forme, de toute beauté. Faire grincer la poésie, boiter le vers. Tendre vers la prose. Jouer la prose contre la poésie, et réciproquement. « Contre-écrire ». Écrire contre. Une torsion imprime sa marque au poème. Une crispation porte en sa forme cette marque douloureuse du « contre ». Une obstination dans le refus vrille l’écriture, en resserre l’expansion. Brûlure et asphyxie. Tourbillon où chuter. Noyade au cœur du texte.
Au-delà de ses thèmes macabres, qui font de presque chaque poème une Vanité où apercevoir les os du cadavre, le baroque est sans doute ce qui caractérise le mieux cette écriture tortueuse. Les longues courbes qui en spiralent la chute se tordent soudain. Tension. Heurt. Syncopes, hiatus, ponctuation vive, décalée. Le chant s’étrangle. Des latinismes donnent toute leur fulgurance à ces distorsions : rapprochement de mots désaccordés, étranges antépositions, déroutante mobilité du verbe et de la conjugaison.
« On m’accusait de discontinuité dans les pensées, j’écris comme je suis, mais je ne sais guère être », cet aveu de Jean Désert, dans Le Nettoyeur de tranchées, dit bien la nature même de la poésie de Jude Stefan. Le tremblement qui trouble la surface du poème est celui d’une conscience indécise d’elle-même, saisie dans l’instant de son évanescence. Plus sensible dans les derniers recueils sans doute, où le recours à la tradition poétique est peut-être plus distancié, une esthétique de la disjonction, de la coupure, s’affirme avec netteté. L’enjambement va jusqu’à scinder l’intérieur des mots, ne laissant parfois en bout de vers qu’une apostrophe en suspension : « le pas c’est l’enjambement jusqu’ ». La discontinuité marque le pas d’un trébuchement, accélère la chute.
La progression se fait par chocs et accidents, à contre-rythme, à contresens. La progression rendue impossible, reste la matière du poème. Matière verbale riche en...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°31
4.00 €