La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Les coups de foudre de Java

juillet 2000 | Le Matricule des Anges n°31 | par Thierry Guichard

Pièces détachées, une anthologie de la poésie aujourd’hui

Il faut un certain courage pour éditer une anthologie de la poésie qui s’écrit aujourd’hui. Sans le recul du temps, sous l’influence des modes, l’anthologiste passera peut-être demain pour un misérable lecteur. Pour se préserver du ridicule potentiel plusieurs méthodes s’imposent, qu’utilise Jean-Michel Espitallier. D’abord, introduire dans le choix des poètes quelques grands anciens dont la durée de vie éditoriale garantit la résistance à l’érosion du temps (B. Heidsieck, G. Luca, J. Roubaud, J.-J. Viton…). Ensuite, revendiquer haut et fort une subjectivité qui préserve de toute ambition encyclopédique et qui s’ajoute à une contrainte : tous les poètes ici présentés ont été publiés au moins une fois dans la revue Java. Enfin atténuer l’effet école qu’une telle subjectivité fait naître en minorant le titre de l’ouvrage : Pièces détachées.
Malheureusement, cette modestie est mise à mal par une préface assez maladroite. La vitesse, qui semble un des apanages de la jeune poésie, semble en être la cause. Comme il l’avait fait au Centre international de poésie de Marseille en avril dernier (« Je livre ici quelques imparfaites et bien incomplètes réflexions sur la poésie »), Jean-Michel Espitallier en appelle à la bienveillance du lecteur lors de sa présentation de la poésie d’aujourd’hui : « on me pardonnera d’aller vite ». Pourquoi aller vite ? Une telle anthologie ne mérite-t-elle pas qu’on prenne le temps de la réflexion ? Cela aurait évité des jugements à l’emporte-pièce comme : « Enfin, l’affaire est entendue, si d’un côté les queues de comète de l’avant-garde en sont réduites au conformisme de l’entretien des flammes, de l’autre, le poétisme paraît définitivement disqualifié ». Imaginons un jeune lecteur titillé, parce qu’il en écrit, par la poésie. Si l’illisibilité des poèmes de Jacques Sivan le rebute, s’il reste de marbre aux septains de Pierre Alferi et si ne l’émeut guère aucun des autres poètes, que lui reste-t-il ? Exit Maulpoix, exit Rouzeau, exit Vargaftig, exit Demangeot, exit Cliff ?
Cette maladresse est d’autant plus regrettable que Pièces détachées avec Christophe Tarkos,Vannina Maestri, Olivier Cadiot, par exemple, parvient à transformer l’acte de lire. Le clownesque (qui n’empêche pas la tristesse) de Charles Pennequin, le français phonétique de Katalin Molnár apportent une contribution énergique, joyeuse et profonde au recueil.
La poésie se porte bien ? Oui, à condition qu’elle ne soit pas à nouveau cloisonnée en ghettos et que les amoureux de chacun des courants qui la composent sachent reconnaître l’existence des autres. Car, pour citer Jean-Paul Michel, « (…) il faut / d’un juste vers sauver/ un éclat juste. »

Pièces détachées Jean-Michel Espitallier Pocket 314 pages, 42 FF

Les coups de foudre de Java Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°31 , juillet 2000.
LMDA PDF n°31
4.00 €