La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Si peu de terre, tout

juillet 2000 | Le Matricule des Anges n°31 | par Thierry Guichard

Si peu de terre, tout

La terre dont il est question ici est autant celle du « paradis d’enfance », la Vendée natale avec ses foins, ses bouses de vaches, ses paysans et « les oiseaux patois dans les buissons dehors », le monde qui s’offre dans le dictionnaire agricole Larousse et dans la solitude des champs que la glaise et l’argile qui accueillent les premières écritures. C’est aussi « comme une mémoire. Une mémoire qu’on s’est perdu dedans », c’est encore « la terre qui se referme sur les pires charniers ». Dans ce recueil aux formes variées, qui reprend des poèmes déjà parus, James Sacré fait entendre la nostalgie d’une enfance disparue, dans un monde qui disparaît. On trouvera, dans les balbutiements de cette langue gauchie, un peu de gloire pour les « Paysans qui sont de plus en plus vieux. » À cela s’ajoute le désir, sa découverte, son interdit et ses travestissements : « Et comment décider si c’est l’odeur d’une chaussette propre ou celles de sales qu’on préfère ? »
La poésie de James Sacré avance ainsi, dans la moiteur des souvenirs, avec du doute au bout des vers, et de l’informulé qui se formule.

Le Dé bleu
123 pages, 87 FF

Si peu de terre, tout Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°31 , juillet 2000.
LMDA PDF n°31
4,00