La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Amazone point conne

avril 2001 | Le Matricule des Anges n°34 | par Pierre Hild

Le Baedeker lunaire (poèmes 1)

L’actualité éditoriale sait jouer des tours dont elle n’est souvent pas maîtresse. Aujourd’hui, Mina Loy bénéficie d’une lumière immédiate qui forme un contraste aveuglant avec l’oubli qu’elle subissait depuis des lustres -éteints, évidemment. Un roman fraîchement sorti tente de restituer un peu de la vie d’un trio mythique : Jack Johnson, le boxeur noir américain, Arthur Cravan, boxeur du monde littéraire, Mina Loy son épouse. Pourra-t-on, enfin, renverser un peu de ce « Mina Loy, son épouse », et redonner à celle-ci la place qu’elle mérite ?
Née en 1882, amazone des aventures artistiques de la première moitié du siècle -avant de se retirer, silencieuse, pour écrire-, la postérité de Mina Loy se réduisait à ces figures qu’on ne lit pas mais qu’on accole à leurs fréquentations, soit, ici, Gertrude Stein, Marcel Duchamp, le grand phallocrate futuriste Marinetti, Arthur Cravan, son grand amour. Grâces soient rendues à L’Atelier des Brisants qui répare aujourd’hui l’injuste silence éditorial qui frappait ses écrits, par un volume qui en annonce d’autres.
Ceux qui craindraient un formalisme d’avant-garde corrigeront l’a-priori en glanant dans ces pages des paroles libres, mouvantes, jamais contraintes par une esthétique qui ferait marque de fabrique. On glisse ainsi de confessions frontales -« donnant vie/ j’ai dû me vider de toute vie »-, à des poèmes plus narratifs saisissant les moments de la modernité d’alors. C’est un recueil brumeux, aussi, comme un soir londonien, dilatant des espaces mystérieux, proches des tableaux de Max Ernst, ou d’un certain « cubisme psycho-analytique »- comme le signale Olivier Apert, traducteur dévoué. Loy développe une écriture magnétique, toujours surprenante -schizophrène ?- oscillant du plus brut au plus alambiqué. C’est fait, saisissons le, Mina est de retour.

Le Baedeker lunaire
Mina Loy
Traduit de l’anglais par Olivier Apert
L’Atelier des brisants
171 pages, 150 FF

Amazone point conne Par Pierre Hild
Le Matricule des Anges n°34 , avril 2001.
LMDA PDF n°34
4.00 €