La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Une pièce arc-en-ciel

août 2001 | Le Matricule des Anges n°35 | par Laurence Cazaux

L’Inattendu porte bien son nom. C’est un drôle de texte que livre là ce jeune auteur de 29 ans, Fabrice Melquiot. L’inattendu, « un mot pour tenir debout », conclut Liane, le personnage de ce monologue. Liane s’est tout d’abord accrochée à l’amour. « J’avais vingt ans tout juste et le monde, le monde c’était quatre murs bien droits. Je m’en fichais je ne voulais pas bouger, rester sage à t’aimer toujours au même endroit… » Mais un soir, son amant disparaît. Liane refuse de croire à sa mort et attend son retour plusieurs années. Une attente peuplée de boissons et de flacons de verre : « Les flacons, exactement comme des fleurs. Quand je les respire exactement comme des fleurs, j’y trouve un souvenir de nous. Un souvenir par couleur. » La pièce comporte donc autant de couleurs que de scènes. Entre le noir de la première séquence et le blanc de la dernière, le lecteur passe du bleu de Prusse, au rouge de Saturne et plonge dans l’intimité de trois années de chaos pour accepter le deuil. Liane part ensuite photographier le monde. Elle en revient dévastée. « Le monde, je le vois qui brûle bon dieu mon insouciance bon dieu je ne veux rien savoir je veux croire au jour levé à l’espace insupporté entre deux baisers je veux croire à mon histoire… »
L’Inattendu est comme un parcours initiatique, labyrinthique, semé de pertes et de deuils. Il y a du conte ou du rêve dans cette histoire-là. Le style est imagé, proche d’un poème déglingué avec une énergie vitale très enfantine. Pièce du déchirement entre la chambre et le monde, entre l’enfance et l’âge adulte, entre l’amour fusionnel et la froide indifférence, entre la volonté et le renoncement, la vie reprend finalement le dessus mais comme par hasard. « Parce que la vie c’est ce qui nous arrive quand on fait autre chose. Peut-être bien. »

L’INATTENDU
FABRICE MELQUIOT
L’Arche
46 pages, 49,20 FF (7,50 o)

Une pièce arc-en-ciel Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°35 , août 2001.
LMDA PDF n°35
4.00 €