La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Jeunesse L’invention ludique

août 2001 | Le Matricule des Anges n°35 | par Thierry Guichard

Les Jouets perdus de Romilio Roil

Il y a du Bruno Munari chez Sergio Aquindo. Ce jeune Argentin, auteur et illustrateur, a recueilli les portraits écrits et dessinés de onze jouets fabuleux. Ces derniers seraient l’invention du mythique Romilio Roil, inventeur aussi génial que malchanceux : ses jouets sèment trop la catastrophe pour lui permettre la fortune. Disparu au tournant d’un chemin en 1940, Romilio Roil n’a laissé derrière lui que la poussière de sa légende et quelques vieux papiers retrouvés par notre guide narrateur.
Ce point de départ évoque un Borges ludique. La présentation des jouets, un Tournesol génial. Ne faut-il pas en effet être légèrement siphonné pour proposer aux enfants un « Roto-Volanto » qui crache du feu avant de s’envoler : « On se souvient ainsi d’oncles et de pères, pris dans des courses folles à travers les maisons, le pantalon en feu. »
Comme le faisait Bruno Munari, Sergio Aquindo mêle à la fantaisie mécanique, une poésie drôle et enchanteresse. Le merveilleux « Ladro » se présente sous une armure conique qui masque ses larcins. Car il est un voleur d’objets multiples et même de rêves, capable « cependant de remarquables bouffées de gentillesse : si l’enfant le posait sur sa couverture en allant se coucher, il s’appropriait seulement ses cauchemars ». Les jouets évoqués ici ont une personnalité : quasiment vivants, ils aspirent à leur indépendance et prennent volontiers la route ou la mer. Leur passé mystérieux les rend plus encore fabuleux. Ainsi « Po-Pu » pour lequel « personne n’a jamais pu se mettre d’accord : à quoi servait-il ? ». C’est par ce genre d’interrogations que le livre se rend efficace : le lecteur (qu’il soit enfant ou non) est appelé à faire fonctionner son imagination, à recomposer mentalement chaque jouet. Les dessins de l’auteur lui ouvrent des pistes en endossant la tenue du croquis comme s’ils sortaient d’un carnet de travail. Ils prouvent que ces jouets-là ne sont plus perdus…

Les Jouets perdus de Romilio Roil
Sergio Aquindo
R de réel
44 pages, 88 FF (13,42 o)

L’invention ludique Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°35 , août 2001.
LMDA PDF n°35
4.00 €