La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Au seuil des ténèbres

août 2001 | Le Matricule des Anges n°35 | par Thierry Guichard

Un peu avant la nuit

Un vieil universitaire dont les proches sont presque tous morts est invité par la bibliothèque d’État à découvrir le volumineux journal de Benjamin Bruder, auteur sulfureux qu’il connut jadis. Alexandre Broch va passer l’hiver entre une cellule de la grande bibliothèque et la chambre d’un hôtel.
Le douzième roman de Jean Joubert est fait de pénombre et d’obscurité, de rêves étranges et d’une réalité inquiétante. Il oppose deux conceptions de la littérature et donc de la vie. D’un côté, celle de Benjamin Bruder, jeune poète en révolte, écorché vif et sectateur de la folie. Benjamin Bruder bâtit son oeuvre comme on charge une arme. Il se donnera la mort après avoir laissé comme consigne de n’ouvrir son journal que vingt ans plus tard et précisant que ce serait à Broch de le faire. De l’autre côté, celle de Broch qui aime l’ordre et que la poésie de Bruder effraie autant qu’elle l’attire. Broch qui vise, lui, à ne pas déranger. Notamment les deux gardiennes de sa cellule, bibliothécaires de feu (l’une est rousse) et d’acier (l’autre, brune, semble coiffée d’un casque).
Un peu avant la nuit se déroule essentiellement dans la bibliothèque. Lieu mystérieux où l’enfer semble plus spacieux que le reste du bâtiment, la bibliothèque est aussi la maison des morts, ces auteurs disparus à la compagnie desquels l’universitaire s’attache. C’est donc bien de la mort qu’il est ici question, et Jean Joubert en explore les abords avec délicatesse mais non sans frayeur. Car on est au seuil, ici, de la seule question qu’on voudrait ne pas avoir à se poser le moment venu : celle qui clôt le bilan de sa propre existence.
Prix Renaudot en 1975 pour L’Homme de sable (que Babel propose aujourd’hui en poche -253 pages, 45 FF), Jean Joubert a écrit Un peu avant la nuit depuis la lisière du silence. Loin de son écriture poétique dont Arche de la parole (Le Cherche Midi, 105 pages, 78 FF) chante son credo en un lyrisme anachronique.

UN PEU AVANT LA NUIT
JEAN JOUBERT
Actes Sud
234 pages, 119 FF (18,14 o)

Au seuil des ténèbres Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°35 , août 2001.
LMDA PDF n°35
4.00 €