La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Sens dessus dessous

août 2001 | Le Matricule des Anges n°35 | par Pierre Hild

Textes sans paroles

S’il fut publié par Éric Losfeld ou Jean-Jacques Pauvert dans les années soixante, l’humour noir d’Ylipe s’était… dissipé. Prouvant qu’aucune dissipation ne saurait l’assagir, le voici revenu. Une récente exposition de la galerie 1900-2000, intitulée « Les ciseaux du rêve », proposait, à côté d’oeuvres de Jean-Jacques Lebel ou Jean-Luc Parant, ses collages qu’on rapprochera vite, pour faire genre, de ceux des surréalistes. Illustré de ceux-ci, Le Dilettante propose maintenant un recueil d’aphorismes, qui, s’il ne fera pas taire les beaux parleurs, lézardera les beaux discours : des images sans dessins pour répondre à des « textes sans paroles ».
Vite confronté aux paroles castratrices ou bâillonnantes - « déjà petit on me coupait la parole » -, Ylipe a choisi l’aphorisme comme arme d’une bataille, une guérilla qui rira bien le dernier, qui, pour prendre librement les choses au mot se méfie d’une certaine république des lettres -ainsi, sans commentaire, « La coprophagie évite au poète le souci du lendemain », qui est peut-être à rapprocher de « La diarrhée est l’ennemie de celui qui se prosterne ».
S’il est proche de l’absurde d’un Lichtenberg - « Il n’y a pas d’étui pour les étuis » -, Ylipe ne refuse pas un doigt de moralisme de bon aloi - « Faute de but, l’homme devient une cible ». Facétieux aux mille facettes, Ylipe est un caméléon. Un familier du grand mystère pâtissier - « Un soupçon de vanille ne suffit pas pour inculper le gâteau ». Un freudologue frauduleux - « Certaines nuits, il m’arrive de rêver à ma première huître ». Un entomologiste narquois - « Il arrive aux oiseaux de sentir sous les ailes ».
Souvent tordant, toujours tordu, il pousse jovialement à bout l’idée que « le bon sens devrait être un sens interdit ». Ylipe, hip(s), hourra !

TEXTES SANS PAROLES
YLIPE
Le Dilettante
88 pages, 75 FF (11,43 o)

Sens dessus dessous Par Pierre Hild
Le Matricule des Anges n°35 , août 2001.
LMDA PDF n°35
4,00 €