La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Geyser noir

août 2001 | Le Matricule des Anges n°35 | par Pascal Paillardet

Les Anges de l’univers

Calendrier en trompe-l’oeil, l’éphéméride intime du Reykjavikois Pall Olafsson impose la démence d’un temps ébréché. « L’homme a sept vies, autant que de jours dans la semaine, note ce comptable du quotidien. Dans cette vie-ci, c’est dimanche ». Figée dans un repos dominical ininterrompu, sa raison lui arrache peu à peu des lambeaux de sensations, le soustrait à l’emprise du réel pour l’entraîner dans la geôle de l’hôpital psychiatrique de Kleppur. Les Anges de l’univers est la chronique d’un inexorable retrait du monde. D’un ligotage de l’âme raconté avec pudeur et humour par l’écrivain islandais Einar Mar Gudmundsson, frère de la côte de Halldor Laxness, prix Nobel de littérature en 1955.
Né à Reykjavik en 1954, Einar Mar Gudmundsson reçut en 1995 le Grand Prix de la littérature nordique pour ce texte poignant -son quatrième roman- dédié à la mémoire de son frère, Palmi Orn Gudmundsson, disparu en 1992. Réédité aujourd’hui, son ouvrage est le compte rendu clinique d’un naufrage prévisible. Observateur implacable mais profondément humain, Einar Mar Gudmundsson raconte le supplice de Pall. L’effondrement d’un voyageur de la vie « éternellement au terminus », d’un solitaire noyé dans des brumes noires de la schizophrénie semblables aux colonnes de fumée s’élevant au-dessus de la capitale de l’Islande.
Convaincu d’être la réincarnation de Van Gogh, narrateur lucide de sa folie, Pall incarne toutes ces ombres errantes accrochées à notre sillage lorsque nous traversons « le froid qu’on appelle la société ». Cet être échoué et ses compagnons de cale sèche sont les gardes-côtes de nos dérives. « Dis-toi bien que Kleppur est partout », avertit l’un. Kleppur ne se débusque pas. Kleppur est à nos trousses.

LES ANGES DE L’UNIVERS
EINAR MAR GUDMUNDSSON
Traduit de l’islandais
par Catherine Eyjolfsson
10/18 - 224 pages, 47 FF (7,17 )

Geyser noir Par Pascal Paillardet
Le Matricule des Anges n°35 , août 2001.
LMDA PDF n°35
4,00