La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Scalpe toujours

septembre 2001 | Le Matricule des Anges n°36 | par Franck Mannoni

L' Avocat indien

Des Blancs, des Indiens, des métis, des hommes violents, des femmes paumées, des réserves indiennes et des politiciens : tout un monde qui s’agite pour réclamer justice. James Welch, l’auteur de L’Avocat indien, est né dans une réserve du Montana. Épris de la culture des siens, il revisite à sa façon les westerns d’antan.
Si l’époque et le décor ont changé, les personnages évoluent avec les mêmes comportements. Jack Harwood, un détenu d’une prison proche de la ville d’Helena, attend de comparaître pour obtenir une libération conditionnelle, après sept années d’enfermement. Il encaisse mal le refus de ses juges. Parmi eux, Sylvester Yellow Calf, un avocat indien de la tribu des Black Feet, une anomalie dans un État où ses compatriotes finissent plutôt au bas de l’échelle sociale. Jack, qui craint pour sa vie dans les couloirs du quartier de haute sécurité, décide de se venger et de faire chanter l’avocat pour obtenir sa relaxe. Il met sa femme dans le coup, ainsi que deux criminels pas très futés, depuis peu en liberté.
Difficile de trier les bons et les méchants dans cette histoire où le côté machine infernale s’efface devant une galerie de portraits qui fait réfléchir. Que des victimes ? Patti Ann, la femme d’Harwood « avait vu ce que la prison fait à un homme ; elle avait vu planer l’ombre de la résignation, et elle se demanda si elle serait de nouveau capable de regarder un jour son mari sans lire tout cela sur ses traits ». Yellow Calf, qui culpabilise de sa réussite : « Il y avait toujours quelqu’un pour m’ouvrir une nouvelle porte… puis la refermer au nez du peuple dont je suis issu ». Le thriller, au demeurant passionnant, reste un prétexte pour décrire, en évitant manichéisme et caricatures, les laissés-pour-compte de la société, quelle que soit leur origine. Du grand roman américain, dans la lignée des polars sociaux des années 60.

L’Avocat indien
James Welch
Traduit de l’américain
par Michel Lederer
10/18
318 pages, 45,60 FF (6,95 )

Scalpe toujours Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°36 , septembre 2001.
LMDA papier n°36
6.50 €
LMDA PDF n°36
4.00 €