La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’inoubliable lecture

décembre 2001 | Le Matricule des Anges n°37 | par Jacques Goulet

Marcel Proust appartient à la première génération d’écrivains dont on a vu autant d’instantanés que de photos posées. Sur la couverture de son Proust fantôme, Jérôme Prieur a choisi de cadrer le visage de Proust, qui semble livide. Est-ce d’épuisement qu’il ferme les yeux, en 1921, sur la terrasse du Jeu de paume ? Derrière tout livre, se cache un être. Si l’oeuvre est géniale, si elle s’inscrit aux franges de l’autobiographie sans appartenir à ce genre, qui est celui de l’aveu, quelque chose attise encore notre curiosité. Ici, l’auteur traque l’insaisissable rapport entre l’homme et l’oeuvre. Loin de l’idée de biographie, il nous fait partager son intérêt pour des scènes emblématiques de cette vie dont il a eu connaissance dans des mémoires ou par des témoignages. Ce qui le passionne, ce sont des moments clefs d’une existence qui est devenue exceptionnelle pour et par l’oeuvre qu’elle produisait.
Sa prédilection va au temps où Proust a écrit La Recherche. Ces années sont aussi celles où Céleste Albaret, jeune provinciale, devint la gouvernante et l’amie dévouée de l’écrivain pour qui, sans elle, l’existence était un problème insoluble. Cette femme a laissé un émouvant Monsieur Proust (Laffont, 1973), auquel Jérôme Prieur fait parfois référence.
Au-delà des hasards de l’histoire (né un mois après la « semaine sanglante », Proust eut le temps de pressentir l’énorme impact historique de la Grande Guerre) et des rencontres d’une vie (par exemple, Benoist-Méchin, devenu hitlérien et qui finira par écrire de belles pages sur Proust et la musique), c’est au corps de Proust que l’auteur s’intéresse. L’oeuvre vient aussi de là, bien sûr. Jérôme Prieur sait exprimer à chaque page le sentiment de gratitude incrédule, enthousiaste et affectueuse que le lecteur de La Recherche éprouve pour l’écrivain, pour l’homme.

Proust fantôme
Jérôme Prieur
Le Promeneur
158 pages, 14,95 (98,07 FF)

L’inoubliable lecture Par Jacques Goulet
Le Matricule des Anges n°37 , décembre 2001.
LMDA PDF n°37
4.00 €