La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire L’Homme et la betterave

mars 2002 | Le Matricule des Anges n°38 | par Éric Dussert

Rédigés par Raymond Queneau afin d’introduire une Encyclopédie des sciences inexactes qui ne vit pas le jour, les 16 feuillets manuscrits non datés de Comprendre la folie publiés initialement par Jacques Jouet dans son Raymond Queneau (La Manufacture, 1989) constituent un document pour l’étude des fous littéraires. L’omni-curieux Queneau y fait part des soucis méthodologiques qu’il rencontre lorsqu’il cherche à distinguer les simples farfelus auteurs de textes étranges des complets toqués, déments ou hystériques spécialisés dans la quadrature du cercle ou les méthodes pour remédier à la famine. Constat de Queneau : « Tous ces auteurs ont, en général, en dehors de leurs idées »délirantes« , des opinions extrêmement réactionnaires ». Conséquence humoristique : « De ces divagations résulte que la ligne de démarcation entre Paulin Gagne et Déroulède, entre l’abbé Fiard et n’importe quel polémiste de droite n’apparaît pas très nettement (…) Et les militaires ! J’allais oublier les militaires ! En dehors de ce fait que la proportion des maladies mentales est très élevée dans l’armée, comment ne pas signaler ce poème d’un général où il exprimait son désir qu’on fit après sa mort un tambour de sa peau et qu’on y sonnât la charge avec ses os ! »
Encourageant l’approfondissement des sciences de l’homme, un Queneau lyrique espère la découverte d’aspects cachés et mystérieux de « ce mammifère égaré dans la prairie des syllogismes et le pâturage des contradictions. (…) L’homme, perdu au milieu des constellations et des champs de betteraves y trouvera, peut-être ! les origines de son enthousiasme pour la théorie des fonctions automorphes, de son inquiétude lorsqu’un miroir se brise, de son rire devant un pot de moutarde ou un chapeau-claque, l’origine de son rire, de son rire un peu fou. » Deux autres livrets paraissent sur le sujet dans le cadre de la collection « Trois par trois » : la Bibliographie des fous, de quelques livres excentriques de Charles Nodier (1835) et un entretien aussi inédit qu’essentiel d’André Blavier (1922-2001) avec Stéphane Fleury À propos des fous littéraires.

Comprendre la folie
Raymond Queneau
Éditions des Cendres
25 pages, 6 (39,36 FF)

L’Homme et la betterave Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°38 , mars 2002.
LMDA PDF n°38
4.00 €