La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie L’hôte généreux

juin 2002 | Le Matricule des Anges n°39 | par Thierry Guichard

Petit musée portatif

Illustration(s) de Abdellatif Sadouk
Editions Al Manar

À « celui qui décidément ne prend pas racine », au poète en exil permanent qu’est Abdellatif Laâbi, Françoise Ascal a demandé de livrer les objets qui composent son espace intérieur. La demande est belle, émouvante ; elle répond au don permanent qu’est l’oeuvre du Marocain.
Elle donnera naissance, surtout, à un livre magnifique rehaussé des dessins d’Abdallah Sadouk.
Laâbi y a répondu en choisissant des objets souvent modestes, détenteurs d’une mémoire familiale, d’une douleur parfois, d’une humilité toujours. Le choix fait, Abdallah Sadouk est venu chez le poète dessiner entre autres, une chaise de circoncis « Acquise/ plutôt cédée à dix dirhams/ avant l’arrivée/ du marché de l’art », une table syrienne, un encrier, une table carrée aux tiroirs secrets : « Dans les années noires/ elle a celé/ des documents compromettants » mais aujourd’hui elle ne sert qu’à ranger les objets usuels et « Elle doit vivre cela/ comme une déchéance ». Les dessins donnent une épaisseur floue aux objets, comme s’ils venaient apparaître à peine à la surface de la mémoire. Abdellatif Laâbi a proposé également des peintures et des oeuvres d’amis artistes, reproduits ici par le biais des photos de Laydi Maroufi. Ce que l’on voit alors est invisible : il s’agit d’histoires d’amitié, de respect qui viennent tisser souvent l’Histoire douloureuse du siècle. Deux photos bouleversent particulièrement : celle de la mère d’abord, au regard retenu de colère, celle du père, ensuite, concentré sur sa dignité. Elles bouleversent d’autant plus que chaque objet, chaque tableau et chaque photo sont commentés, en vers, par le poète. Et ce qu’il dit de la mère, associé à son regard perdu, fait lever, bien plus qu’une histoire personnelle, l’histoire de tout un peuple. Sans quitter pour autant l’intimité de la confidence.
Par son humour, posé délicatement sur des blessures ou de la colère, Laâbi a l’extrême élégance de ne pas faire de nous des voyeurs. Il s’agit ici de partage et le livre, d’une qualité rare, dit bien à quelle hauteur de sentiment se fait celui-ci. L’Autre fait notre richesse.

Petit Musée portatif
Abdellatif LaÂbi
Al Manar
67 pages, 21,50 euros

L’hôte généreux Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°39 , juin 2002.
LMDA PDF n°39
4.00 €