La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Événement & Grand Fonds Va ivre et vite

juin 2002 | Le Matricule des Anges n°39 | par Thierry Guichard

À chaque recueil, la poétesse Valérie Rouzeau invente une langue neuve. Dans Va où les longs vers vont vite pour faire que la vie décolle et s’abouche à la poésie. Bienvenue en poévie.

Si on ne peut pas dire d’un écrivain qu’il apparaît comme un des grands du siècle à venir sans passer pour un flagorneur péremptoire, qu’il nous soit permis du moins de penser qu’il en est ainsi de Valérie Rouzeau. Et essayons de voir ce qui provoque ce sentiment.
Certes, cette poétesse n’a pas, à ce jour, une oeuvre bien volumineuse. Trois recueils seulement figurent dans sa bibliographie. Et trois livres de traductions de Sylvia Plath et William Carlos Williams. Ce n’est pas beaucoup, mais il faut ajouter aussitôt que la jeune fille n’a que 35 ans et qu’ont disparu de sa bibliographie entre autres Je trouverai le titre après (Guy Chambelland, 1984), Petits Poèmes sans gravité (La Crypte, 1991), Chantier d’enfance (La Bartavelle-Le Noroît, 1992) et Patiences (Manège du cochon seul, 1994).
Ce dernier (cf. MdA No12) posait peu de mots sur la page, dans des sortes de haïkus délicats, pour dire l’angoisse du temps qui passe, la disparition d’une grand-mère. L’émotion était sensible. Pas revoir (Le Dé bleu, 1999) marque une naissance et fut un choc pour beaucoup : ce livre de deuil faisait suite à la disparition du père. Dans l’épreuve et l’urgence d’écrire, la poétesse découvrait une langue émotionnelle, balbutiante et généreuse. Avec ce recueil (cf. MdA No27), Valérie Rouzeau s’offrait un lectorat bien plus large que celui qu’ont habituellement les poètes et battait les records de vente de son éditeur. Neige rien (Unes, 2000), qui suivait, visait à changer encore une fois l’ordre de la langue pour éviter qu’elle ne se fige. Jeux de mots et jeux de sonorités, glissements sémantiques électrisaient le livre écrit à l’encre rouge (cf. MdA No31).
On avait donc la certitude, partagée par bon nombre de poètes, que l’oeuvre de Valérie Rouzeau faisait entendre une voix singulière et importante d’aujourd’hui. Ceux qui lisent les revues de poésie ont croisé son nom et ses poèmes plus d’une fois. Ils ont pu remarquer aussi combien la jeune femme était attentive au travail des autres à travers les dossiers qu’elle consacra dans Décharge, avec Jean-Pascal Dubost, à des poètes comme Yves Charnet, Ariane Dreyfus, Sabine Macher, Claude de Burine ou James Sacré. Ceci pour dire que Valérie Rouzeau n’écrit pas de la poésie : elle vit la poésie. À bien y regarder, on pourrait même dire qu’il y a là un engagement fort, perceptible dans Va où qui vient de paraître.
Ce nouveau recueil, somptueux, est probablement le plus difficile à lire : c’est qu’il s’entend avant tout. Il s’entend musicalement et rythmiquement, dans une ivresse de la langue qui entraîne le lecteur dans une danse étourdissante. On pourrait voir d’ailleurs, dans cette frénésie de la vitesse, la cause de l’absence de point d’interrogation dans le titre, trop long à tracer. Les mots vont si vite, étirant les phrases comme si elles étaient élastiques, qu’ils s’entrechoquent parfois, prennent des raccourcis sémantiques qui affolent le sens. Ce que l’on perçoit alors et...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°39
4,00