La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Croisement prolongé

juin 2002 | Le Matricule des Anges n°39 | par Stéphane Branger

Juste le temps de s’effacer (suivi de) Ni toi ni personne

Richard Rognet s’inscrit dans le prolongement. Tout ce qui fait oeuvre, tragique et inquiétude tracent le chemin de sa parole. Un mot fuyant, une recherche portée à sa plus haute tension s’efforcent de nous entraîner au coeur des choses. Juste le temps de s’effacer marque cette volonté et s’ouvre ainsi : « La première fois/ ne fut pas la bonne,/ ni la deuxième, et la troisième/ fut l’abandon au bord de la route ». Cet exercice de la répétition, que l’on porte en soi, comme une interrogation : « chaque chose m’interroge/ sans me réconforter ». À la lecture on imagine aisément l’auteur arrêtant son regard sur le paysage qui l’entoure, ici les Vosges où il est né en 1942 et où il a passé l’essentiel de sa vie, avec une prédominance de l’hiver. Richard Rognet se voudrait sans doute retiré du monde, l’ailleurs n’est pas très loin : « une île pourtant m’obsède/ un asile, une vraie demeure/ où j’aimerais tant ressembler/ à celui qui m’attend, mot à mot ». Mais les blessures de la vie le rattrapent comme celles des femmes aimées. L’image d’un homme qui souffre s’impose, les sentiments deviennent un mélange de mélancolie, de tristesse et de regrets. Il entretient un dialogue avec lui-même au fil des pages, comme si parfois il était hanté par une présence, peut-être celle du frère à qui est dédié ce recueil, et que l’on retrouve plus explicitement cité dans le suivant Ni toi ni personne. Un changement de ton s’opère, celui-ci devient plus fluide et plus lyrique. Les souvenirs d’enfance resurgissent. Les deux recueils se répondent. Il y a l’image très forte d’être au seuil d’une porte que l’on n’ose pas franchir, est-ce le passage de la vie à la mort ? Apparaît alors pour l’auteur, un dédoubl

Juste le temps de s’effacer
suivi de Ni toi ni personne
Richard Rognet
Le Cherche midi
154 pages, 14,50 euros

* Du même auteur est publié à La Différence
Belles, en moi, belle (91 pages, 13 )

Croisement prolongé Par Stéphane Branger
Le Matricule des Anges n°39 , juin 2002.
LMDA PDF n°39
4.00 €