La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Souvenirs de ma vie

novembre 2002 | Le Matricule des Anges n°41 | par Jean Laurenti

Souvenirs de ma vie

Marguerite Moreno est née en 1871, deux ans avant Colette, la grande amie de sa vie. Entrée à la Comédie Française à 20 ans, elle va rapidement fréquenter les figures mythiques de la Belle Époque. Leurs portraits constituent les meilleurs moments de ce recueil de textes très divers. De Marcel Schwob, son mari tôt disparu, Moreno évoque l’immense érudition, l’amour fou des livres, l’amitié avec Jarry -qui un jour vint chez eux lire son Ubu roi et fit rire aux larmes l’écrivain reclus-, ou encore avec Claudel dont il prédit la gloire. Auprès de Mallarmé, certains soirs d’été, elle connut « l’ivresse poétique ». La jeune comédienne eut le privilège de jouer dans Les Uns et les autres, l’unique pièce de Verlaine, sous le regard du poète. Elle triompha avec Le Voile, de Rodenbach, goûta le plaisir de la conversation avec Rostand mais souffrit toujours « les mille horreurs » avant d’entrer en scène. Ce livre, plus qu’il ne peint son auteur, fait revivre une époque passionnante à la charnière de deux siècles. Privilégiant sa jeunesse, Moreno n’y aborde pas la longue carrière qu’elle poursuivit au cinéma jusqu’à sa mort en 1948.

Souvenirs de ma vie
Marguerite Moreno
Phébus
328 pages, 20

Souvenirs de ma vie Par Jean Laurenti
Le Matricule des Anges n°41 , novembre 2002.