La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire L’Autre région

novembre 2002 | Le Matricule des Anges n°41 | par Didier Garcia

L' Autre Région

Dans ce florilège, le lecteur aura le plaisir de retrouver cet épistolier régulier que fut Georges Perros (1923-1978), régularité dont témoignent les volumes dans lesquels il correspond avec Lorand Gaspar, Carl Gustaf Bjurstrom, Michel Butor ou Brice Parain, et de découvrir Maxime Caron, un écrivain qui débutait dans la carrière des lettres, et que la lecture des Papiers collés avait enthousiasmé. Ce nouveau volume ne présente que les brèves missives que Perros adressa à son admirateur de 1961 à 1977, et dans lesquelles, il faut bien l’avouer, on ne trouve guère à se sustenter. On peut bien sûr y lire quelques conseils d’écriture, rarement complaisants (« À votre place (…) je déchirerais ces poèmes qui doivent vous tenir à cœur, et je continuerais »), des suggestions de lecture (Grœthuysen, le Sartre de Saint Genet), et quelques considérations sur le travail littéraire, Perros confiant ainsi que l’envie d’écrire lui venait parfois dans la rue, ce qui le contraignait à rentrer précipitamment chez lui : « et ça donne trois ou quatre lignes, que je fous dans une caisse, pour que ça »travaille« tout seul »… Des lettres qui donnent donc à lire un écrivain paraissant toujours plus ou moins pressé d’en finir, ne semblant s’y résoudre que par pure courtoisie, comme pour ne pas faillir à son devoir.

L’Autre Région
Georges Perros
Finitude
80 pages, 11,5

L’Autre région Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°41 , novembre 2002.