La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre La langue buissonnière

janvier 2003 | Le Matricule des Anges n°42 | par Laurence Cazaux

Mama Binocla et Daddi Rotondo ont un petit garçon qui pèse dès sa naissance 9 kg. Alors au lieu de l’appeler Rahan, ils l’appellent Bouli comme ça, pas de doute, on sait qu’il est gros. À un an, ils s’aperçoivent qu’il est myope Bouli, c’est comme ça qu’il devient Bouli Miro. À trois mois, Bouli pèse 33 kg.
Il est gros de toutes ses peurs. À deux ans, il prend peur des dragons et à trois ans, il se met à avoir peur de lui-même. Mais heureusement sa cousine Pétula l’aime, même de plus en plus gros. Le problème c’est quand Pétula déménage en Espagne, Bouli se met alors à grossir de plus belle. Jusqu’au jour où il manque d’écraser sa maman en s’asseyant dessus. Alors Bouli décide de changer de corps et se met à faire de la gymnastique. Et sa vie en est toute transformée. Il rencontre Sharon Stone, mais si ! Et aussi Hanna et Milan, deux enfants albanais qui fuient la guerre. Avec des raccourcis très saisissants, Fabrice Melquiot fait traverser à Bouli Miro les émotions de la vie en quarante-cinq pages et sept ans d’existence. L’auteur dresse une fable initiatique d’un petit garçon qui dépasse ses peurs pour pouvoir s’aventurer dans le monde. Fabrice Melquiot est totalement fantaisiste, Bouli Miro se lit sourire aux lèvres. L’écrivain nous transporte dans un jeu de marelles où les personnages grandissent de case en case et peuvent tomber en enfer ou au paradis. Melquiot sait redonner souffle à cette formidable énergie de l’enfance, même si Bouli Miro doit apprendre à vivre avec « les Larmes du Ventre Tordu » à cause du monde qu’est pas facile à comprendre.
Dans le joyeux bazar de cette famille Miro, le lecteur prend plaisir à pénétrer un drôle d’univers, le même genre de plaisir qu’au moment de la découverte de la tribu Malaussène de Daniel Pennac dans le Bonheur des ogres. Et puis la langue de Fabrice Melquiot a une énergie singulière, elle fuse très rythmée et emprunte malgré tout des chemins buissonniers.

Bouli Miro
Fabrice Melquiot
L’Arche (jeunesse)
56 pages, 8,50

La langue buissonnière Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°42 , janvier 2003.
LMDA PDF n°42
4.00 €